Les Tavernes du Bagne de Maxime Lisbonne (2)

La salle du cabaret était décorée, « sur les murailles » d’une trentaine de peintures représentant des scènes du bagne et de portraits de communards célèbres : Rochefort, Alphonse Humbert, Fortin, etc. Les garçons, habillés de la veste rouge et du bonnet vert des forçats, portant à leur ceinture un petit boulet porte-monnaie retenu par une chaîne, servaient «la clientèle» sur tables de bois blanc. Maxime Lisbonne avait rendu les consommations obligatoires d’une astucieuse manière : le paiement.d’une consommation donnait droit à un carton vert ou jaune sans lequel, à la sortie, on ne pouvait être « libéré » : Voici le tableau pittoresque qu’en dresse Charles Chincholle, journaliste au Figaro : « La Taverne du Bagne, avait la prétention de représenter exactement une des casernes de. Nouméa. On eût dit d’une prison. Au-dessus de la porte, une lanterne rouge. Sur la toiture, à droite et à gauche, deux canons. A l’intérieur, qui était d’un minable à faire fuir, mais dans lequel on s’empilait le service était confié à des forçats ayant tous au pied une chaîne se terminant par un boulet. Seulement le boulet était creux, s’accrochait à la ceinture, s’ouvrait et contenait…la serviette avec laquelle on essuyait les tables. Là, le bock s’appelait un boulet. » Histoire de la Commune de Paris 1871


Vous aimerez aussi...