Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?

  

Candidat et électeur. Dessin humoristique paru au début du XXe siècle

Est-il raisonnable et juste, s’interroge en 1885 le missionnaire et essayiste Paul Benoît, qu’au jour d’une élection, alors qu’il est opportun de reconnaître le mérite, d’avoir recours à la sagesse et de tenir compte de l’expérience et des autres autorités sociales, de décréter pour l’occasion l’égalité de tous, si bien résumée par la formule un homme une voix et qui confie les clefs du pays au scélérat le plus ambitieux qui aura su berner le peuple ?

Dans Les erreurs modernes, ouvrage paru en 1885, Dom Paul Benoît rappelle que « le suffrage universel établi comme un principe ou un droit absolu est l’application des deux dogmes révolutionnaires de la souveraineté du peuple et de l’égalité de tous les citoyens. D’une part en effet, si le peuple est souverain, il doit régner ; mais comme le peuple, personne morale, ne peut entrer clans tout le détail du gouvernement, il ne peut diriger les affaires publiques, en général du moins que par des mandataires. D’autre part si tous les citoyens sont égaux entre eux, tous ont le droit de concourir de la même manière à l’élection des représentants du peuple… Illustration à la une, bande défilante : Les élections. La servitude volontaire. Carte satirique de la première moitié du XXe siècle d’Eugène Petit.

D’après « Les erreurs modernes » (Tome 2) par Dom Paul Benoît, paru en 1885)

 Pour en savoir plus voir le billet publié le samedi 29 avril 2017 par la  LA RÉDACTION sur le site de la France pittoresque


Vous aimerez aussi...