La délinquance matrimoniale : couples en conflit et justice en Aragon, XVe-XVIe siècles (Martine Charageat)

Parution de Martine Charageat, La délinquance matrimoniale : couple en conflit et justice en Aragon, XVe-XVIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

« Le voici, cet amour conjugal, pour une fois exhibé au grand jour, sous l’effet des crises qu’il rencontre, et à l’aide d’un tribunal pour en donner les contours. Même si les arguments sont biaisés par le maniement de la norme, il existe dans ces discours une souffrance humaine qui crie le désir d’une vie de couple réussie, au-delà du simple accomplissement d’un échange codé. Et ce cri révèle un espace de liberté que la justice permet d’exprimer, y compris et d’abord pour les populations ordinaires. C’est là le plus bel enseignement de cet ouvrage tout en finesse, qui ne craint pas de mettre l’accent sur des valeurs médiévales trop souvent malmenées, faute d’avoir su écouter la parole des plaignants. » (avant propos de Claude Gauvard).

Présentation de l’auteure : « Le conflit matrimonial existe-t-il au Moyen Âge ? Institution de droit naturel et de droit divin, le mariage s’est construit comme un pilier de la société. Sa force première réside dans le principe même du consentement : consensus facit nupcias, et dans l’idée que ce que Dieu unit, l’homme ne peut le défaire : quod Deus conjugit, homo non separet ! Or des hommes et des femmes s’affrontent pour contraindre l’autre à faire ou défaire mariage et couple, ou l’obliger à remplir les devoirs conjugaux attendus. Contraintes, menaces et transgressions de l’union matrimoniale par le verbe et par le corps sont alors dévoilées aux juges, ici ceux d’Aragon, en particulier l’official ecclésiastique de Saragosse, aux XVe-XVIe siècles. Face aux tribunaux, des stratégies sont à l’œuvre, au masculin comme au féminin, qui donnent à voir les différences de comportements entre les sexes. Qui peut dénoncer le litige à l’échelle singulière du couple et en quels termes ? Pourquoi recourir au juge ? Les archives de la pratique judiciaire permettent de comprendre comment le conflit conjugal est énoncé, prouvé, résolu ou non, et par quelle volonté, celle du juge ou des parties litigantes. Le choix d’une chronologie qui fait fi des coupures traditionnelles entre Moyen Âge et Époque moderne révèle certaines évolutions fondamentales. La société aragonaise fait lentement l’apprentissage de la dimension sacramentelle du mariage par l’assimilation ou l’acceptation de son indissolubilité. Les autorités judiciaires mais aussi politiques mettent cet arsenal à contribution pour discipliner les fidèles. Être marié dans le respect de la norme canonique fait partie du processus de fabrique du bon chrétien et donc du bon sujet dans une société progressivement mono-confessionnelle et un État monarchique en marche vers l’absolutisme. Les tribunaux servent bien de laboratoire d’expérimentation dans le contrôle de ce qui frise parfois la délinquance matrimoniale, aux frontières du licite et de l’illicite ».


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search