10 octobre 1979 : L’affaire des diamants de Bokassa

Jean-Bedel Bokassa

LES OUBLIETTES DU TEMPS du mercredi 10 octobre 2012 – L’affaire des diamants est déclenchée le 10 octobre 1979 par Le Canard enchaîné: des diamants de 30 carats d’une valeur de 1 million de francs auraient été remis, en 1973, à Valéry Giscard d’Estaing, alors ministre des Finances, par le président de la République centrafricaine, Jean Bédel Bokassa. Le journal s’appuie sur une note rédigée par Bokassa lui-même. A l’Elysée, VGE soupire: « C’est grotesque. » Les diamants, oubliés dans un tiroir, ont en effet été estimés entre 4 000 et 7 000 francs. La note est fausse, la signature l’indique. Par Vincent Hugeux sur le site  de l’émission France inter

Il est de bon ton de considérer que la démocratie progresse en Afrique subsaharienne.

Pour l’auteur, la réalité́ est beaucoup plus contrastée. Putsch militaires, coups d’État, refus de certains présidents de quitter le pouvoir ponctuent régulièrement la vie politique de nombreux pays africains.

Parution du livre le 8 mars 2012 – L’obsession de l’Occident pour des échéances électorales considérées comme une fin en soi et non comme l’aboutissement d’un long processus a créé́ une illusion dont il faut désormais se défaire : les simulacres électoraux auxquels on assiste suffisent à relativiser la démocratisation réelle du continent africain et témoignent de la bienveillance complice de la France, de l’Union européenne et des États-Unis. Ce respect formel des normes démocratiques masque mal un enlisement, voire une régression des pratiques politiques africaines. Les exemples sont nombreux : dérives dynastiques au Gabon, en RDC ou au Sénégal, refus de Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir en Côte d’Ivoire, bricolages constitutionnels permettant à des chefs d’État d’être réélus indéfiniment, déni du fait ethnique qui demeure une réalité́ politique incontournable, acceptation du « modèle » rwandais associant croissance économique et répression des opposants.

Le populisme, la réécriture magnifiée de l’Histoire et la martingale coloniale qui expliquerait les difficultés africaines actuelles : tout est bon pour alimenter le mirage démocratique en Afrique.

Un essai dérangeant mais bienvenu au moment où̀, en un saisissant contraste, les peuples arabes se lancent, eux, dans l’aventure démocratique.

Grand reporter à l’Express, spécialiste de l’Afrique et du Moyen-Orient, Vincent Hugeux est connu pour ses enquêtes sur les régimes africains et la Françafrique. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Les Sorciers blancs (Fayard) et L’Afrique en face (Armand Colin).

Discipline : Sociologie

Collection : Débats


Vous aimerez aussi...