Le premier scandale de la cinquième république : Le Trocquer et les ballets roses

Pavillon Butard à la Celle saint Cloud © Radio France / Henry Salomé 2006

AU FIL DE L’HISTOIRE du mercredi 17 avril 2013 par Patrick Liegibel

L’affaire dite des « ballets roses » est une affaire de mœurs qui défraya la chronique en France en 1959. Cette expression de « ballets roses » est inventée par le journaliste Georges Gherra de France-Soir à l’occasion de l’enquête. ( Source Wikipédia ).

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission France inter

«En me penchant sur cet épisode des  «ballets roses», j’ai suivi un itinéraire à la fois historique, anecdotique et personnel, jusqu’à ce moment du XXe siècle où se croisent trois figures : le héros légendaire (Charles de Gaulle), le bourgeois modéré (René Coty) et l’ambitieux humilié (André Le Troquer).

J’ai ainsi plongé dans ces  «années cinquante» qui précédèrent ma naissance et qui me fascinent comme l’ultime parade d’une France disparue. Sur les pas d’André Le Troquer, j’ai rencontré des starlettes et des modistes devenues reines de Paris, une fausse comtesse roumaine, des politiciens grivois traînant dans les coulisses de l’Opéra, une République encore accrochée à son Empire, une justice paternaliste, des rues sombres et des maisons closes, des music-halls rive-droite où Maurice Chevalier et Damia chantaient encore, des cabarets rive-gauche où Brassens et Ferré chantaient déjà ; bref, ce monde en noir et blanc, si proche et si lointain, juste avant les bouleversements de notre modernité.» L’affaire dite des « ballets roses » : Un fait divers … – Criminocorpus

Biographie de l’auteur : Benoît Duteurtre est l’auteur, entre autres, de Le Voyage en France (2001, prix Médicis), Service clientèle (2003), Les Pieds dans l’eau (2008).

Éditeur : Grasset, 2009

Né le 27 octobre 1884 à Paris, André Le Troquer est mutilé de la Première Guerre. Avocat, député socialiste de Paris (1919-1958), opposé à l’occupation allemande, il s’embarque pour l’Afrique du Nord, le 20 juin 1940. De retour en France, il assure la défense de Blum au procès de Riom (1942). Envoyé par le Parti socialiste à Londres, puis à Alger (1943), il siège à l’Assemblée consultative provisoire. Commissaire de la Guerre et de l’Air (42-44), commissaire délégué à l’Administration des territoires libérés (avril 1944), il rentre à Paris avec la 2e DB, et est aux côtés de De Gaulle, lors de la descente des Champs-Elysées le 26 août. Ministre d’Etat, il est élu président du Conseil municipal de Paris (1945-1947). Ministre de l’Intérieur (46), puis de la Défense (décembre 46-janvier 48), il est élu premier vice-président de l’Assemblée nationale, puis président, le 12 janvier 1954. Réélu en janvier 56, il conserve ce poste jusqu’à 1958. A la demande de René Coty, il rencontre de Gaulle à Saint-Cloud (28-29 mai 58). Inculpé en février 60 dans un scandale privé, il est condamné à un an de prison avec sursis. Il meurt le 10 novembre 1963. LE TROQUER André : Biographie


Vous aimerez aussi...