Fièvre de l’information et travers du journalisme moderne dénoncés en 1889 par Emile Zola

Crieurs de journaux

En 1889, préfaçant les Mémoires de Paris, « petite encyclopédie parisienne » de Charles Chincholle, ancien secrétaire d’Alexandre Dumas devenu journaliste et premier grand reporter français, Emile Zola brosse un portrait à charge de ce qu’il appelle la fièvre de l’information, « cette surexcitation croissante qui transforme et détraque la nation », dont il tient le journalisme actuel pour premier responsable. Dénonçant la rage que les journaux ont de se devancer l’un l’autre, il vante la volupté de se lever en s’accordant la salutaire « ignorance de ce qu’ont pu dire et faire la veille les éternels pantins de la politique », et de se coucher le soir « sans être au courant des sottises de la journée »…

Pour en savoir plus lire le billet publié par  LA RÉDACTION le SAMEDI 6 MAI 2017 sur le site de la France-pittoresque ( (D’après « Le Figaro : supplément littéraire du dimanche », paru en 1889)


Vous aimerez aussi...