La Femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830)

Les éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques publient La Femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830) issu de la thèse de doctorat de Caroline Fayolle, agrégée d’histoire, maître de conférences à l’université de Montpellier, récompensée par le prix de thèses du Cths dans la collection de poche Cths-Format.

La sortie en librairie est prévue le 4 mai 2017.

Contrairement aux idées reçues, c’est sous la Révolution française que les premières écoles publiques de filles voient le jour. Objet de débats, ces dernières constituent un espace de régénération visant à faire advenir un modèle de féminité républicaine. Sous l’Empire et la Restauration, s’affrontent en effet plusieurs conceptions de l’enseignement féminin prédominé par la morale. Bien que minoritaires, certaines expériences pédagogiques alimentent l’espoir d’un accès pour toutes à la citoyenneté.

L’ouvrage est préfacé par Michèle Riot-Sarcey, historienne du féminisme, de la politique et des révolutions du xixesiècle. → En savoir plus


Vous aimerez aussi...