La prison des femmes de Rennes

Hélène Dorlhac de Borne , secrétaire d’Etat à la condition pénitentiaire en visite à la prison de Rennes en 1974. Photographie de presse. Collection particulière.

En pleine ville, au-dessus de la gare, la prison des femmes se dresse comme un avertissement, presque comme une menace. Elle rappelle à la population bretonne que le mal est partout et que la société se défend. »1

Depuis 1878, Rennes accueille l’un des seuls établissements pénitentiaires de France où les détenus sont des… prisonnières. La prison des femmes est édifiée au sud de la Vilaine dans un quartier de la gare alors en pleine urbanisation. Tout d’abord dénommée « Maison Centrale de Force et de Correction », les 1 000 captives sont sous la garde, jusqu’en 1907, des religieuses de la congrégation de Marie-Joseph. A partir des années 1930, l’établissement prend de l’importance avec la fermeture des centres pénitenciers de Montpellier en 1933, Haguenau et Doullens au début de la Seconde Guerre mondiale. Sous l’Occupation, plusieurs centaines de Résistantes sont incarcérées entre ces murs. Après-guerre, des travaux sont entrepris. Entre 1954 et 1959, les portes sont fermées et les prisonnières transférées vers d’autres horizons grillagés. Mais la fermeture n’est que provisoire …

Pour en savoir plus lire le billet publié par Thomas PERRONO sur le site de la revue En envor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…


Vous aimerez aussi...