Nouvel article : La vie au bagne (Hélène Taillemite)

« […]

Les archives de l’Administration pénitentiaire coloniale, conservées aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence, sont la première source pour l’histoire des bagnes.

Ce fonds très riche comporte plus de 100 000 dossiers de condamnés passés par les bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie – dossiers individuels qui sont pratiquement la seule trace restant d’une multitude d’hommes dont ils permettent de reconstituer le parcours.

Ces dossiers, soigneusement classés par l’Administration pénitentiaire, contiennent parfois des correspondances qui décrivent en détail la situation personnelle des condamnés, les événements qui les ont conduits au bagne et surtout leur vie là-bas.

Ces lettres ont été conservées dans les dossiers individuels pour diverses raisons : soit parce que l’Administration en était destinataire – c’est le cas des innombrables lettres de réclamation, – qu’elles soient adressées aux ministres des Colonies, de l’Intérieur ou de la Justice, mais aussi au Président de la République ou à la Ligue des droits de l’Homme, elles finissent le plus souvent classées au dossier de leur auteur – soit, dans le cas des correspondances privées émanant des condamnés, parce qu’elles ont été retenues par l’Administration qui censurait leur contenu, soit enfin dans le cas des correspondances reçues par les bagnards, parce que ces lettres sont arrivées après la libération, l’évasion ou le décès de l’intéressé.

Parmi ces milliers de lettres qui sont un témoignage direct de la vie des condamnés et du fonctionnement de l’univers carcéral dont elles décrivent la réalité quotidienne, voici quelques exemples… »

Dans le cadre de la thématique sur les bagnes coloniaux, voici un article d’Hélène Taillemite sur la vie au bagne d’après la correspondance des condamnés :

*** Vivre au bagne
http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article346.html

En complément, la présentation de la série H par les ANOM :

http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article347.html

Ces deux articles inaugure la collaboration des ANOM et de criminocorpus. D’autres contributions suivront dans les prochains mois.

Marc Renneville


Vous aimerez aussi...