Les graffitis de la maison d’arrêt de Guingamp

L’ancienne maison d’arrêt de Guingamp est une prison cellulaire construite de 1836 à 1840 sur les plans de l’architecte Louis Lorin, suivant le modèle “pennsylvanien”, c’est-à-dire en aménageant des cellules individuelles permettant une séparation stricte entre les détenus. Cette conception basée sur une application précoce du régime d’enfermement cellulaire a valu à la prison de Guingamp le qualificatif rétrospectif de prison “humaniste”.

L’établissement est entré en service comme maison d’arrêt, de justice et de correction en 1841 et il a cessé son activité en 1934.

Comme beaucoup d’autres prisons de faibles capacités fermées dans l’Entre-deux-guerres, elle fut rouverte à partir de 1941 et ne ferma définitivement ses portes qu’en 1952. Les détenus incarcérés lors de cette dernière période d’activité ont laissé des traces de leur passage par les nombreux graffitis sur les murs de leurs cellules. Les motifs de ces graffitis sont très marqués par le contexte politique de l’incarcération. Ainsi, des croix gammées nazies cohabitent avec des croix de Lorraine gaullistes, autant de symboles laissés successivement par des résistants et des collaborateurs…

Pour en savoir plus lire le billet du 3 mai 2017 de Marc Renneville et de Jean-Lucien Sanchez sur criminocorpus.org

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS et membre du centre Alexandre Koyré depuis 1998 (UMR 8560).

Après des études d’histoire (université Paris VII) et de sciences sociales (université Paris V), il est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis (1998-2001). Il est ensuite directeur du département recherche (2001-2003) et chargé de mission Histoire (2003-2008) à l’École nationale d’administration pénitentiaire. Il contribue notamment à la création du Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines au sein de la médiathèque Gabriel Tarde (2004) avant d’être chargé d’études à la Direction de l’administration pénitentiaire (2008-2012) où il coordonne une recherche collective sur les savoirs de l’exécution des peines (projet ANR Sciencepeine 2009-2014)… Pour en savoir plus sur Clamor.criminocorpus

Jean-Lucien Sanchez est responsable de la réalisation des expositions pour le CLAMOR.

Chargé d’études historiques au ministère de la Justice (Direction de l’administration pénitentiaire, bureau des statistiques et des études), Jean-Lucien Sanchez est historien spécialisé en histoire pénitentiaire et chercheur associé au Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (CESDIP) depuis 2012. Diplômé de l’Institut d’études politique de Toulouse (1999), il est docteur en histoire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (2009). Il a également été chargé de cours en histoire à ENEAD, service d’enseignement numérique et à distance de l’Université de Paris III Sorbonne Nouvelle (2006-2015)… Pour en savoir plus sur Clamor.criminocorpus


Vous aimerez aussi...