« Détective », fabrique de crimes ?


« Détective », fabrique de crimes ?
12 mars 2017, 21:25 CET – Une double page du magazine Détective du 13 décembre 1934

La Bilipo (Bibliothèque des littératures policières) s’encanaille pour le plus grand plaisir de ses aficionados en proposant dans ses vitrines les larges pages sépia du « plus grand hebdomadaire des faits divers » des années 1930, Détective. Sexe, drogue et crimes en tous genres à la une, mais aussi (et surtout ?) de grands reportages sur le bagne ou sur la prostitution et des signatures d’écrivains de renom comme Joseph Kessel, Pierre Mac Orlan ou Francis Carco, sous l’égide de l’éditeur le plus légitime de l’époque, Gaston Gallimard : l’exposition retrace l’énigme Détective.

Le fait divers à l’honneur

Il est bien question ici du lointain ancêtre du Nouveau Détective qui a troqué la tonalité sépia contre une maquette jaune, noire, rouge plus accrocheuse. En 1928, il n’existe pas encore d’hebdomadaires illustrés consacrés au fait divers et c’est paradoxalement à l’éditeur des écrivains les plus exigeants de l’époque (Saint John Perse, Paul Morand, André Gide) qu’on en doit l’initiative.

Gaston Gallimard, cherchant à diversifier ses publications pour rentabiliser son entreprise, s’inspire de la rubrique « Faits divers » lancée par Gide en 1926 dans la Nouvelle Revue française (NRF) et rachète à un détective privé une petite feuille professionnelle s’appelant Le Détective. Il en confie la direction à l’un de ses proches, Georges Kessel, qui grâce au réseau professionnel de son frère, Joseph, s’entoure d’une équipe de reporters chevronnés : Détective, sous-titré « le plus grand hebdomadaire des faits divers », est né. Son premier numéro sort le 28 octobre 1928. Le succès est immédiat et l’hebdomadaire tire rapidement à plus de 250 000 exemplaires…

Pour en savoir plus lire le billet d’Amélie Chabrier sur le site The conversation


Vous aimerez aussi...