La police de Vichy livre ses derniers secrets

La préfecture de police de Paris ouvre les archives des sinistres “brigades spéciales” au grand public, 75 ans après la rafle du Vél’ d’Hiv. Historique.

Elles ont joué un rôle-clé dans les rafles des 16 et 17 juillet 1942. Les sinistres « brigades spéciales » de la direction centrale des Renseignements généraux (RG) s’apprêtent à livrer leurs secrets. Les archives de cette unité de police, dédiée à la traque des « ennemis intérieurs » de la France et qui a contribué à l’arrestation et à la déportation de nombreux résistants, communistes et juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, seront en effet bientôt disponibles.

La convention signée, le 19 mai, par Michel Delpuech, préfet de police de Paris, Jacques Fredj, directeur du Mémorial de la Shoah à Paris, et Radu Ioanid, directeur du département des archives du Holocaust Museum de Washington, doit en effet permettre à ces trois institutions de mettre à disposition du grand public l’intégralité des documents (rapports et fichiers) émis par ce service administratif qui se montra si zélé pendant l’Occupation…

Publié par Baudouin Eschapasse le 20 mai 2017 sur le site Le point

Livre de référence sur le sujet : Policiers français sous l’Occupation

Présentation de l’éditeur : L’histoire de la police sous l’Occupation a longtemps été encombrée de fantasmes et de partis pris. Et pour cause, les archives n’étaient pas accessibles. Il a fallu l’obstination de Jean-Marc Berlière pour exhumer les milliers de dossiers classés au ministère de l’intérieur ou à la préfecture de police. A travers l’évocation de centaines de cas complexes, parfois tragiques, en analysant les comportements, les explications avancées, les affaires en cause, l’auteur pointe les paradoxes et les contradictions de la situation des policiers français entre 1940 et 1945. On saisit ainsi le travail d’une police engagée dans la lutte contre les résistants, dans la traque des juifs et dans la répression du marché noir, tout en devant tenir compte des exigences allemandes, de la volonté de Vichy d’affirmer sa souveraineté, des rivalités interservices. Cette fresque sans concession ni faux-semblant met à mal nombre d’idées reçues.

Quatrième de couverture : Longtemps, on a cru que les archives de la police avaient été détruites. II a fallu l’obstination dé Jean-Marc Berlière pour exhumer des milliers de dossiers oubliés dans les caves du ministère de l’Intérieur et de la Préfecture de Police. Or ces textes offrent à la fois des éclairages originaux sur l’action de la police pendant L’Occupation, une série d’instantanés sur ses principales figures et un bilan des comptes et des sanctions arrêtés après 1945. A travers l’évocation de cas douloureux, complexes, parfois odieux, on saisit le travail au quotidien d’une police engagée dans la lutte contre les résistants, notamment communistes, et dans la traque des juifs. On évalue la difficulté d’appliquer une politique répressive, compte tenu des exigences allemandes, des rivalités entre services, de la volonté de Vichy d’affirmer sa souveraineté et d’un contexte de guerre propice à toutes les ambiguïtés. On apprécie enfin la bataille qui se joue en 1944-1945, où les coups bas, les tentatives de manipulation et les pressions politiques se multiplient. Un document appelé à mettre à mal nombre d’idées reçues.

Jean-Marc Berlière est un historien, spécialiste de l’histoire des polices en France et professeur à l’université de Bourgogne.

Agrégé d’histoire, il a enseigné dans le secondaire (Fort-de-France, Amilly, Montargis, etc.) Il a soutenu en 1991 une thèse de doctorat portant sur L’Institution et la société policières sous la IIIe République (1870-1914). Enseignant à l’IEP de Grenoble, puis à l’université de Bourgogne, ses dernières recherches, toujours basées sur le dépouillement exhaustif d’archives multiples — dont celles de la police —, sont centrées sur la période de l’Occupation et de la guerre d’Algérie.

Depuis 1994, Jean-Marc Berlière est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bourgogne (IUT de Dijon, département information communication-Métiers du livre et du patrimoine) et chercheur au CESDIP (CNRS/ ministère de la Justice). Il enseigne l’histoire de l’institution policière à l’ENSP (St-Cyr-au-Mont-D’Or) et à l’ENSOP (Cannes-Ecluses) ainsi que dans le master sécurité et la préparation au concours de commissaire de l’IPAG de Clermont2…


Vous aimerez aussi...