Le 9 mars 1762, le protestant Jean Calas est condamné à mort …

Gravure représentant les adieux de Jean Calas à sa famille.

Le 9 mars 1762, le protestant Jean Calas est condamné à mort, accusé de l’assassinat de son fils Marc-Antoine, retrouvé pendu dans la boutique de la famille.

Au terme d’une enquête expéditive, les juges, convaincus par les témoignages des voisins selon lesquels son fils souhaitait se convertir au catholicisme contre l’avis de son père, condamnèrent Jean Calas au supplice de la roue.

Le 10 mars 1762, Jean Calas meurt après avoir été longuement torturé sur la Place Saint-Georges à Toulouse. Il clamera jusqu’au bout son innocence.

3 ans plus tard, le 9 mars 1765, Jean Calas et sa famille seront réhabilités, grâce à la pugnacité de Voltaire, à qui cette terrible affaire inspirera, par la suite, son magnifique « Traité sur la tolérance ». Merci aux Archives départementales de la Haute-Garonne pour ces précieux documents.

Dernière page du jugement de Jean Calas, portant un « retentum ».

Le retentum (retenue en latin) est, dans la procédure criminelle de l’Ancien Régime, une disposition que le juge garde secrète mais qui n’en est pas moins exécutoire.

Le juge accorde une « faveur » à un criminel condamné à mort et qui avait expié ses fautes, afin de lui épargner des souffrances, notamment lorsque le supplicié est exécuté par un moyen particulièrement atroce (écartèlement, supplice de la roue, bûcher, etc.).

Ici le juge accorde à Jean Calas la « faveur » d’être étranglé après tout de même 2h de supplice et avant que de n’être brûlé !!!

Lettre à M. de Chenevières, le 20 mars 1765, dans laquelle Voltaire se réjouit de la réhabilitation de Jean Calas.


Vous aimerez aussi...