Servir l’État en mai 1968 – Maurice Grimaud, préfet de police

Les Mémoires de Maurice Grimaud, préfet de police à Paris en 1968, nous invitent à regarder les événements de mai du côté de l’État et de ses grands commis, et à interroger la responsabilité et l’engagement personnel des hauts fonctionnaires dans l’histoire.

Recensé : Maurice Grimaud, Je ne suis pas né en mai 68. Souvenirs et carnets 1934-1992, Paris, Tallandier, 2007

Pour en savoir plus lire le billet publié par David Valence , le 8 mai 2008 sur le site de la vie des idées

Parution du livre le 15 novembre 2007 – Le nom de Maurice Grimaud est attaché aux journées de Mai 1968. De fait, le préfet de police fut alors l’une des pierres angulaires de la république qui vacillait. L’agenda quasi quotidien qu’il a tenu cette année-là et qu’il livre ici intégralement donne la mesure d’une lucidité et d’un sang-froid développés au long d’une existence originale et d’une carrière exceptionnelle, qui l’ont conduit de la khâgne du lycée Henri-IV et de la fréquentation des écrivains jusqu’à la direction du cabinet de Gaston Defferre, ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation dans les années décisives de 1981-1983. Quel que soit le poste qu’il a occupé, Maurice Grimaud s’est toujours signalé par une certaine idée de la personne humaine et par un goût affirmé de la chose écrite. Et comme il a connu beaucoup de ce qui a compté, de la fin de la IIIe République jusqu’aujourd’hui, son récit, nourri de portraits, d’anecdotes et de réflexions, constitue, comme l’écrit Michel Winock,  » une source précieuse de notre histoire contemporaine « , tout comme un grand morceau de littérature.

Sommaire :

  • Essai de CV
  • Mon année 1936 (lettres à mon père)
  • Voyage du Général de Gaulle dans l’Aisne, la Somme et l’Oise (11 au 14 juin 1964)
  • Quelques notes sur l’affaire Ben Barka
  • Agendas 1968
  • Référendum de 1969 et intérim de M
  • Poher

Né en 1913, l’Ardéchois Maurice Grimaud, d’abord tenté par l’écriture, a servi en Afrique du Nord puis, après la guerre, en Allemagne occupée et à Genève. Préfet territorial entre 1955 et 1963, il est directeur général de la Sûreté nationale, puis préfet de police de 1967 à 1971, enfin secrétaire général à l’Aviation civile. En 1981, il devient le plus proche collaborateur de Gaston Defferre ministre de l’Intérieur. Ses dernières années d’activité se passent auprès du médiateur de la République.

 

Dans la longue histoire insurrectionnelle de la France, les violences des forces de l’ordre ne sont pas un phénomène nouveau. En mai 1968, le préfet de police de Paris, Maurice Grimaud, prend l’initiative d’écrire une lettre à ses 25 000 hommes à ce sujet. Le préfet reconnaît les difficultés auxquelles sont parfois confrontés les policiers lors de leur mission quotidienne. Il leur rappelle néanmoins que, s’ils ont le « monopole de la violence légitime », c’est dans le but d’empêcher l’escalade de la violence sur le territoire…

« Je m’adresse aujourd’hui à toute la Maison : aux gardiens comme aux gradés, aux officiers comme aux patrons, et je veux leur parler d’un sujet que nous n’avons pas le droit de passer sous silence : c’est celui des excès dans l’emploi de la force.

Si nous ne nous expliquons pas très clairement et très franchement sur ce point, nous gagnerons peut-être la bataille sur ce point, nous gagnerons peut-être la bataille dans la rue, mais nous perdrons quelque chose de beaucoup plus précieux et à quoi vous tenez comme moi : c’est notre réputation.

Je sais, pour en avoir parlé avec beaucoup d’entre vous, que, dans votre immense majorité, vous condamnez certaines méthodes. Je sais aussi, et vous le savez avec moi, que des faits se sont produits que personne ne peut accepter. Bien entendu, il est déplorable que, trop souvent, la presse fasse le procès de la police en citant ces faits séparés de leur contexte et ne dise pas, dans le même temps, tout ce que la même police a subi d’outrages et de coups en gardant son calme et en faisant simplement son devoir… »

Lettre du préfet Maurice Grimaud aux fonctionnaires de police : “ Frapper un manifestant à terre, c’est se frapper soi-même. »

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site des lettres

Interview de Maurice Grimaud (préfet de police de mai 68) 

Maurice Grimaud (1913-2009), après des études de Lettres, intègre la fonction publique commeattaché à la résidence générale du Maroc (1938-1943) et au commissariat à l’Intérieur d’Alger où, de 1943 à 1944, il travaille auprès du Gouvernement de Gaulle-Giraud. Il est ensuitedirecteur de cabinet de l’administrateur généralfrançais à Baden-Baden en Allemagne, de 1945 à 1947, conseiller de l’Organisation internationale des Réfugiés (OIR) à Genève, en 1948 et 1949, délégué général pour la France, en 1950 et 1951, et directeur de l’Information à la résidence générale de France au Maroc, de 1951 à 1954. Il est ensuite directeur de cabinet de l’administrateur général français à Baden-Baden en Allemagne, de 1945 à 1947, conseiller de l’Organisation internationale des Réfugiés (OIR) à Genève, en 1948 et 1949, délégué général pour la France, en 1950 et 1951, et directeur de l’Information à la résidence générale de France au Maroc, de 1951 à 1954.

Revenu en France, il devient conseiller technique au cabinet de François Mitterrand, alorsministre de l’Intérieur (janvier 1955). Quelques mois plus tard il est nommé préfet des Landes, puis en 1957 préfet de la Savoie, et ensuite préfet de la Loire en 1961.

En 1963, Maurice Grimaud devient directeur général de la Sûreté nationale (alors qu’éclate l’affaire Ben Barka). Il sera Préfet de police à Paris en mai 68 (de décembre 1966 à avril 1971) succédant à Maurice Papon.

Il est nommé secrétaire général à la Direction générale de l’Aviation civile en 1971 (lancement du Concorde, du programme Airbus…), poste qu’il quittera en 1975 pour prendre la direction de la Régie Immobilière de la Ville de Paris (1975-1978).

Il revient à la haute fonction publique en mai 1981, en devenant le directeur de cabinet de Gaston Defferre, ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, où ilprépare notamment la décentralisation. En juillet 1984, lorsque Pierre Joxe est nomméministre de l’Intérieur, il suit Gaston Defferre au ministère d’État chargé du Plan et de l’Aménagement du territoire jusqu’en 1986. Son dernier poste sera celui de déléguégénéral du médiateur de la République, de 1986 à 1992. Biographie établie sur le site sciences-po


Vous aimerez aussi...