Du point de vue du FLN : les comités de détention dans l’organisation politico-administrative de sa Fédération de France (1958-1962)

Cet article présente la prise en charge des internés, du point de vue du FLN. Sa Fédération de France, appareil de mobilisation de la main d’œuvre algérienne émigrée en territoire ennemi, cherchait à lutter contre l’isolement des enfermés, afin de les garder sous son contrôle et de prolonger, tant dans les prisons que dans les camps, la lutte pour l’indépendance. Dans cette perspective, les familles elles-mêmes constituaient un enjeu et étaient secourues.

Par Linda Amiri – Doctorante au Centre d’histoire de Sciences-Po. Prépare une thèse, sous la direction conjointe de Serge Berstein et Benjamin Stora, sur la Fédération de France du FLN (1954-1962). Elle a publié: Les Fantômes du 17 octobre 1961 (éditions Mémoire-Génériques, 2001) et a contribué à La Guerre d’Algérie (Robert Laffont, 2004). (Photographie à la une, bande défilante, Linda Amiri.)

This article presents – from the perspective of the FLN – how the responsibility for supporting the internees was taken. As the Federation of France of the FLN was also a machine of mobilization of the manpower provided by the Algerian emigrants in France, an enemy territory, it also aimed at fighting against the emigrants’ isolation in order to keep them under its control and to extend the struggle for independence in the prisons as well as in the camps. In this perspective, the Algerian families themselves were at stake and therefore received assistance.

Matériaux pour l’histoire de notre temps 2008/4 (N° 92) Pages : 76 Éditeur : BDIC

Pour lire l’intégralité de set article sur Cairn.info

Parution du livre le 17 octobre 2004 – Une importante contribution au travail de mémoire sur le conflit algérien.
À l’occasion du cinquantième anniversaire du déclenchement de la guerre d’Algérie, Linda Amiri aborde dans ce document un aspect du conflit souvent considéré comme secondaire par rapport aux événements qui se sont déroulés en Algérie même: le combat entre le FLN et la police en métropole. Terrorisme, assassinats et répression… De 1954 à 1962, une lutte impitoyable a opposé les indépendantistes algériens, soutenus par la grande majorité de la population immigrée, aux forces de l’ordre, dont le point culminant a été les sanglantes manifestations d’octobre 1961.Maurice Papon, en tant que préfet de police, a été un des acteurs clés de cette «bataille de France». De manière tout à fait exceptionnelle, Linda Amiri a eu accès à ses archives personnelles, qui illustrent crûment la brutalité et le cynisme avec lequel fut mise en oeuvre la répression. Autre source à laquelle l’auteur a également eu accès: les archives de la Fédération de France du FLN, qui permettent d’éclairer la guerre sanglante et fratricide qui a conduit à la liquidation du Mouvement national algérien de Messali Hadj, principal adversaire politique du FLN.

Vous aimerez aussi...