La préfecture de police de Paris ouvre les archives des sinistres « brigades spéciales » au grand public.

La préfecture de police de Paris ouvre les archives des sinistres « brigades spéciales » au grand public. Cette unité de police, dédiée à la traque des « ennemis intérieurs » de la France a contribué à ficher des milliers d’individus, à les arrêter et à les déporter qu’ils soient résistants, communistes et juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vidéo d’appui :

Les brigades spéciales pendant l’Occupation

Pour en savoir plus quelques pistes de lecture : 

Parution du livre le 19 janvier 2017 – Au long de quatre années, dans un pays occupé, il s’est trouvé des hommes qui ont entendu diriger ou orienter la vie de la France au nom d’une légalité et d’une légitimité nouvelles, après soixante-dix ans de République : les hommes de Vichy. Le régime né de la défaite, que tous acceptent, a recruté dans des milieux très différents des personnalités expérimentées et de nouveaux venus, vieux politiques et jeunes technocrates. Ici des pacifistes venus de la gauche, comme Marcel Déat et Paul Marion, là des gens de droite, souvent extrême, tels que Xavier Vallat et Raphaël Alibert, des croisés de l’Europe nouvelle, comme Benoist-Méchin et Fernand de Brinon, des notables traditionnalistes – Joseph Barthélemy et Lucien Romier -, ou encore des têtes d’oeuf bardés de diplômes, tels Pierre Pucheu et Jean Bichelonne, enfin des jeunes gens en quête d’un destin, comme Du Moulin de la Barthète et François Mitterrand. Etudier les hommes de Vichy, c’est mettre fin à la vision de ce régime comme un bloc dans l’espace et dans le temps ; c’est tordre le cou à la croyance que les hommes ont des convictions immuables.

Professeur émérite des universités, Jean-Paul Cointet est un spécialiste reconnu de la Seconde Guerre mondiale. Auteur de nombreux ouvrages de référence (Pierre Laval, Marcel Déat, Sigmaringen…), il a été à trois reprises lauréat de l’Académie française (dont un Grand Prix) et de l’Académie des sciences morales et politiques.

Editions Perrin

Parution du livre le 7 mai 2014 – Les résistants sont « ceux qui ont préféré les raisons de vivre à la vie ». Gilles Perrault nous raconte leur histoire et nous explique comment ils ont contribué à la victoire par leurs actions de renseignement et de sabotage, qui ont facilité le Débarquement et retardé l’arrivée des renforts allemands. Il montre le côté improvisé du mouvement à ses débuts, les premières actions modestes, et surtout le manque d’armes, l’absence de cloisonnement entre les réseaux, qui sera fatal à beaucoup. Il ne cache rien des conflits violents qui opposèrent souvent les résistants, de leur peur d’être arrêtés, de parler sous la torture, et même de pouvoir trahir. Gilles Perrault se souvient aussi de l’enfant qu’il était à l’époque, qui redoutait sans cesse l’arrestation de ses parents, qui travaillaient pour le S.O.E. Hormis les personnages incontournables (Jean Moulin, Lucie et Raymond Aubrac…), on rencontrera dans ce livre des personnes moins connues, notamment des femmes telles que Berty Albrecht, Simone Michel-Lévy, Véra Obolensky, auxquelles l’auteur rend un bel hommage. Malgré la gravité du sujet, cet ouvrage plein d’humanité n’est pas exempt d’humour.

Gilles Perrault est célèbre pour deux livres : Le Pull-over rouge en 1978 sur l’affaire Ranucci et Notre ami le roi en 1990 qui dénonce les tortures du roi du Maroc Hassan II…

Livre de référence sur le sujet : Policiers français sous l’Occupation

Présentation de l’éditeur : L’histoire de la police sous l’Occupation a longtemps été encombrée de fantasmes et de partis pris. Et pour cause, les archives n’étaient pas accessibles. Il a fallu l’obstination de Jean-Marc Berlière pour exhumer les milliers de dossiers classés au ministère de l’intérieur ou à la préfecture de police. A travers l’évocation de centaines de cas complexes, parfois tragiques, en analysant les comportements, les explications avancées, les affaires en cause, l’auteur pointe les paradoxes et les contradictions de la situation des policiers français entre 1940 et 1945. On saisit ainsi le travail d’une police engagée dans la lutte contre les résistants, dans la traque des juifs et dans la répression du marché noir, tout en devant tenir compte des exigences allemandes, de la volonté de Vichy d’affirmer sa souveraineté, des rivalités interservices. Cette fresque sans concession ni faux-semblant met à mal nombre d’idées reçues.

Quatrième de couverture : Longtemps, on a cru que les archives de la police avaient été détruites. II a fallu l’obstination dé Jean-Marc Berlière pour exhumer des milliers de dossiers oubliés dans les caves du ministère de l’Intérieur et de la Préfecture de Police. Or ces textes offrent à la fois des éclairages originaux sur l’action de la police pendant L’Occupation, une série d’instantanés sur ses principales figures et un bilan des comptes et des sanctions arrêtés après 1945. A travers l’évocation de cas douloureux, complexes, parfois odieux, on saisit le travail au quotidien d’une police engagée dans la lutte contre les résistants, notamment communistes, et dans la traque des juifs. On évalue la difficulté d’appliquer une politique répressive, compte tenu des exigences allemandes, des rivalités entre services, de la volonté de Vichy d’affirmer sa souveraineté et d’un contexte de guerre propice à toutes les ambiguïtés. On apprécie enfin la bataille qui se joue en 1944-1945, où les coups bas, les tentatives de manipulation et les pressions politiques se multiplient. Un document appelé à mettre à mal nombre d’idées reçues.

Jean-Marc Berlière est un historien, spécialiste de l’histoire des polices en France et professeur à l’université de Bourgogne.

Agrégé d’histoire, il a enseigné dans le secondaire (Fort-de-France, Amilly, Montargis, etc.) Il a soutenu en 1991 une thèse de doctorat portant sur L’Institution et la société policières sous la IIIe République (1870-1914). Enseignant à l’IEP de Grenoble, puis à l’université de Bourgogne, ses dernières recherches, toujours basées sur le dépouillement exhaustif d’archives multiples — dont celles de la police —, sont centrées sur la période de l’Occupation et de la guerre d’Algérie.

Depuis 1994, Jean-Marc Berlière est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bourgogne (IUT de Dijon, département information communication-Métiers du livre et du patrimoine) et chercheur au CESDIP (CNRS/ ministère de la Justice). Il enseigne l’histoire de l’institution policière à l’ENSP (St-Cyr-au-Mont-D’Or) et à l’ENSOP (Cannes-Ecluses) ainsi que dans le master sécurité et la préparation au concours de commissaire de l’IPAG de Clermont2…


Vous aimerez aussi...