« Casablanca » de Michael Curtiz (1942)

Casablanca, Michaël Curtiz, 1942 – Dans ce film, le héros foncièrement positif est le résistant Laszlo : il est courageux et dévoué à la cause qu’il défend. Et pourtant…le spectateur va s’identifier à Rick car il se sent en affinités avec cet homme désenchanté et secret, un romantique taciturne, farouche individualiste qui affirme avec fierté « Je ne prends de risque pour personne…»  Mais le spectateur n’est pas dupe, il comprend qu’il n’en a pas toujours été ainsi et il sent bien que le moment venu, cet homme va se sacrifier devant ses yeux pour rester fidèle à l’idée qu’il se fait de lui-même et de son devoir… Merci à Joseph Beauregard pour ce texte …

L’HISTOIRE : 1942, en pleine tourmente de la Seconde Guerre mondiale, des milliers de réfugiés fuyant le joug hitlérien en Europe affluent à Casablanca dans l’espoir d’obtenir un visa pour les Etats-Unis et la liberté. Le Major Strasser (Conrad Veidt), important dignitaire allemand, arrive en ville pour enquêter sur l’assassinat de deux émissaires nazis ; il demande pour son investigation l’aide du capitaine Renault (Claude Rains), chef de la police locale vichyssoise. La solution de cette énigme ne peut se trouver qu’au Café Américain où se presse chaque soir une foule cosmopolite et bigarrée, et dont le propriétaire (Humphrey Bogart) est un ancien opposant aux fascistes en Ethiopie et en Espagne. Miné par un chagrin d’amour, Rick est devenu un homme amer, désenchanté et opportuniste qui affecte désormais un complet détachement vis-à-vis de la situation internationale : il peut à la fois laisser se dérouler dans son établissement tout un tas de trafics et ne pas lever le petit doigt pour empêcher l’arrestation d’un homme qui a tué des soldats allemands. L’arrivée d’Ilsa (Ingrid Bergman), la femme qu’il avait aimée avant l’occupation de Paris par l’armée ennemie et qui l’avait quitté brusquement, en remuant de vieux souvenirs va le faire sortir de sa « léthargie humaniste » ; Rick va se réengager dans la bataille livrée contre les Nazis. En effet, Victor Laszlo (Paul Henreid), le mari d’Ilsa, n’est autre qu’un chef réputé de la Résistance, échappé d’un camp de concentration et qui souhaite rejoindre les Etats-Unis. Rick fera tout pour favoriser la fuite du couple, préférant sacrifier son amour pour se battre de nouveau aux côtés des Alliés…

Pour en savoir plus lire le dossier complet sur dvd classik

Casablanca (1942) Michael Curtiz

Casablanca (Michael Curtiz 1942)

Casablanca (1942) FULL FILM – Ingrid Bergman


Vous aimerez aussi...