Les erreurs judiciaires …. un fer qui taraude tous les acteurs de la justice ! (Jean-Michel ARMAND)

On a retrouvé notre Jean-Michel régional :

Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen.

« Après les folies parisiennes que tu as magistralement narrées par le menu dans L’affaire Pierre Delafet – Un sextuple assassinat dont deux parricides  ,il est l’heure de reprendre le collier.

Faute d’informations prises à la source (les AD sont actuellement fermées), votre humble chroniqueur des faits et méfaits judiciaires est, pour un temps, sorti du périmètre lot-et- garonnais pour s’esbaudir vers d’autres turpitudes de notre justice.
L’épisode 1 a été diffusé mardi dernier, le 2 le sera ce mardi 29 mai toujours sur Radio Bulle (Dieu quelle radio!).
Tu voudras bien trouver ci-joint, comme à l’accoutumée, l’abstract de ces chroniques. Merci encore pour tes bons soins de diffusion. Bien à toi ». JM.A

 

« Il n’y a pas de sentiment plus insupportable que celui de l’injustice. C’est comme un fer qui vous taraude le ventre et vous inspire de sentiments extrêmes.

Celles que nous imposent la vie sont déjà difficiles à supporter mais quand il s’agit de l’institution judiciaire qui est censée rendre la…justice et qui commet parfois des dénis, celles-là s’inscrivent durablement dans le psychisme de celles et ceux qui en ont été les dupes.

Il y a rarement résilience lorsqu’on a été la victime expiatoire d’une infraction que l’on n’a pas commis. L’histoire judiciaire s’assombrit toujours lorsqu’un innocent est condamné.

Ce ne sont pas Mis et Thienot (1947), Monique Case (1966), Rida Daalouche (1994) et plus près de nous encore Jacqueline Ponthieux (2003) dont nous allons évoquer les histoires, qui affirmeront le contraire !

Après bien des péripéties, tous ont été reconnus innocents du crime dont on les accusait, mais à quel prix ? Des mois, voire des années de détention, des vies piétinées et des honneurs bafoués.

Le prix, ah ! oui le prix et bien c’est à la commission nationale des réparations des détentions – CNRD – qu’il appartient de dire combien vos jours de liberté volés, votre vie salie et votre famille en miettes peuvent valoir…en euro sonnants. C’est ce que le législateur, dans sa grande lucidité et bienveillance a codifié dans le cadre de la loi de juin 2000 dans l’article 149 du code de procédure pénale. Mais c’était déjà trop tard pour nos quatre accusés du jour ! »

Texte intégral et document sonore du 23 mai 2017 disponible sur radiobulleagen 


Vous aimerez aussi...