L’historienne Sophie Victorien invitée de Fabrice Drouelle dans l’émission « Affaires sensibles »

Dans le cadre d’une émission consacrée à l’Histoire des « Blousons noirs » sur France Inter (AFFAIRES SENSIBLES) le jeudi 15 juin 2017 à partir de 15 heures, l’historienne Sophie Victorien sera l’invitée de Fabrice Drouelle.

Sophie Victorien est responsable des nouveaux projets numériques du CLAMOR et secrétaire de rédaction de la revue Criminocorpus.

Elle est historienne spécialisée sur la justice des mineurs. Membre associée du GRHis (groupe de recherche d’histoire de l’Université de Rouen), elle a soutenu en 2009 à l’université de Rouen une thèse sur la justice des mineurs sous la direction de Yannick Marec. Cette thèse a reçu le prix du Comité d’Histoire de la Sécurité sociale en 2010. Elle a été publiée sous le titre suivant : Jeunesses malheureuses, Jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945 (PUR, 2011). Ses plus récents articles sont accessibles en ligne.

Elle est depuis 2009 secrétaire de rédaction de la revue Criminocopus et depuis 2014 responsable éditoriale de la plateforme Criminocorpus.

Sophie Victorien est membre du comité de rédaction de la Revue d’Histoire de l’Enfance irrégulière (RHEI). Elle dirige avec Joann Élart le dossier thématique « Musique et Justice » pour la revue Criminocorpus. Elle est membre du jury du Prix Françoise Tétard (histoire de l’éducation spécialisée/histoire de l’éducation populaire).

Enfin elle donne régulièrement des cours depuis 2005 sur l’histoire de la justice des mineurs, l’éducation spécialisée et les humanités numériques en histoire, notamment à l’université de Rouen (2005-2014), à l’Institut du Développement social de Haute-Normandie (2009-2013) et à Sciences Po Paris depuis 2013.

Domaines d’expertise
Histoire de la justice des mineurs
Histoire de l’éducation spécialisée
Humanités numériques

Contact : sophie.victorien[at]cnrs.fr

 

Parution du livre le 10 février 2011– La Libération est marquée par une très forte inquiétude des pouvoirs publics face à la délinquance juvénile et, plus largement, face à la jeunesse en difficulté; elle révèle ainsi les fortes perturbations, voire les traumatismes subis au cours de la Seconde Guerre mondiale. Cette prise de conscience se traduit par un appareil législatif affirmant la primauté des conceptions éducatives sur les principes répressifs. Faute de moyens financiers notamment, l’Etat s’appuie au niveau national sur le secteur privé, disposant traditionnellement d’une certaine expérience dans le domaine et de réseaux prompts à soutenir ces oeuvres. Or, la Seine-Inférieure, fortement ébranlée par les séquelles de la guerre, souffre, de surcroît, d’un équipement très insuffisant pour affronter les besoins en matière de prise en charge des mineurs délinquants et en danger. Toutefois, le milieu associatif réussit à rattraper son retard avec l’aide, en particulier, de personnalités locales dont le rôle est déterminant au sein des conseils d’administration. Tout au long de cette période, les établissements spécialisés affinent leurs méthodes et leurs projets pédagogiques grâce aux progrès de la formation des éducateurs et en s’ouvrant aux autres spécialistes de l’enfance. Dès les années 1970, l’évolution du profil des pensionnaires et les critiques qui se développent à l’encontre de l’hébergement classique, ainsi que le climat de restriction budgétaire mais aussi de décentralisation modifient de fait les rapports entre l’Etat et le secteur privé dont les caractéristiques ont désormais peu à voir avec les premières années d’expérimentation.

de Sophie Victorien (Auteur), Yannick Marec (Préface), Jean-Claude Vimont (Préface)

  • Éditeur : PU Rennes (10 février 2011)
  • Collection : Histoire

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search