“Comment tuer l’amant de sa femme quand on a été comme moi élevé dans la religion ?” (Affaires Jean-Jacques Marliac et José Da Costa-Lina)

Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen

Notre sémillant et talentueux Jean-Michel Armand vient de concocter pour cette fin de saison deux affaires de cornards assassins (ce qui réjouit toujours le bon peuple! ) que je m’empresse de mettre à la disposition des fidèles lectrices et lecteurs du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

 Il est grand temps de retrouver le chemin du crime (le seul qui ne déçoive jamais!) sur radiobulleagen

Texte intégral et document sonore sur radiobulleagen à partir de maintenant sur Radio Bulle 93.6  (Affaires Jean-Jacques Marliac et José Da Costa-Lina).

… “Comment tuer l’amant de sa femme quand on a été comme moi élevé dans la religion” …chantait Jacques Brel en 1968… mais ce ne sont pas évidemment les couplets déjantés de cette magnifique chanson qui auront pu inspirer nos assassins de la semaine , Jean-Jacques Marliac et José Da Costa-Lina qui abattirent au fusil de chasse et au revolver ceux de leurs épouses respectives.

Ces deux affaires quasi contemporaines (1920 pour l’une et 1925 pour l’autre) n’auraient à peine méritées notre intérêt si elles ne révélaient pas, ô combien ! ce qui finit par apparaître comme un dysfonctionnement insupportable des prérogatives données aux jurys d’assises par le code pénal.

Emportés par une troublante empathie vis-à-vis de l’inculpé ou bien encore subjugués par les plaidoiries habiles des avocats, ces hommes et ses femmes de France que le hasard du tirage au sort avait désigné pour siéger à un procès d’assises, répondaient négativement aux questions relatives à la culpabilité et ce, parfois au mépris des évidences : les aveux complets et circonstanciés ou bien encore des éléments incontestables révélés par l’enquête et l’instruction. Ainsi a-t-on pu voir, notamment dans les années 1920/1940, des meurtriers voire des assassins très faiblement condamnés voire purement et simplement acquittés. Face à ces dénis de justice que recevaient en pleine face la parentèle des victimes, le gouvernement de Vichy réforma par la loi du 25 novembre 1941 la composition de la cour d’assises en joignant aux douze puis ensuite neuf jurés, le président de la juridiction pour tempérer la trop grande mansuétude ou – a contrario- la trop grande sévérité dont faisait preuve certains d’entre eux.

Âmes sensibles et ennemis de la franche rigolade s’abstenir d’écouter le document sonore …


Vous aimerez aussi...