L’affaire Fualdès – Le sang et la rumeur

 Au petit matin du jeudi 20 mars 1817, le corps d’Antoine Bernardin Fualdès, ancien procureur impérial de Napoléon, est découvert, non loin de Rodez, flottant dans l’Aveyron.

Invités de l’émission RTL de Jacques Pradel du 15 juin 2017 : Jacques Miquel, historien, Aurélien Pierre, directeur du musée Fenaille à Rodez, ils ont dirigé ensemble le livre « L’affaire Fualdès, le sang et la rumeur » (Editions Rouergue) qui accompagne l’exposition du même nom.

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de l’émission L’heure du crime

Parution du livre le 30 mai 2017 – Le meurtre de Fualdès, ancien procureur impérial de l’Aveyron, le 19 mars 1817, est l’une des plus célèbres affaires criminelles du dix-neuvième siècle. Formidable fiasco policier et judiciaire, elle a vu la naissance de la presse à sensation, des reporters dépêchés sur place faisant partager à la France puis à l’Europe entière, et jusqu’aux États-Unis, le feuilleton des événements. Ce livre écrit par des historiens nous montre comment l’opinion s’emparant du fait divers sécrète une mythologie du crime.

Jacques Miquel, Aurélien Pierre

Benoît Decron (Préfacier),

Collectif Éditeur : Rouergue

L'affiche de l'exposition "l'affaire Fualdès, le sang et la rumeur" au musée Fenaille

Du 20 mai au 31 décembre 2017 – Exposition

Deux cents ans après l’assassinat du procureur Bernardin Fualdès, l’exposition s’attache à révéler les ressorts et les mystères d’une des plus célèbres affaires criminelles du XIXe siècle. La France et toute l’Europe vont suivre cet incroyable feuilleton judiciaire nourri par le regard des premiers correspondants. Dans une France usée par les guerres napoléoniennes, marquée par les bouleversements révolutionnaires, agitée par des complots et des conspirations, l’affaire Fualdès agit comme un révélateur. Elle annonce le mariage entre la presse écrite et les récits de justice, entre le crime et les récits populaires, entre l’encre et le sang. Au centre de l’histoire, une rumeur persistante constituera le terreau  de toutes les affabulations. Les premières lithographies, des bois gravés, de multiples estampes accompagneront l’imaginaire des lecteurs des nombreuses notices, comptes -rendus, mémoires ou lettres publiés autour du procès.

L’affaire connaîtra un immense succès populaire. Les tableaux représentant les principaux accusés entameront un tour de France avant d’être dévoilés à Paris. Des représentations théâtrales de rue fleuriront en province. Certains des accusés partiront faire fortune à la capitale en vendant leurs mémoires ou en répondant aux questions des curieux dans des cabinets de cire reproduisant les scènes de l’assassinat. L’artiste Théodore Géricault réalisera une série d’études sur le sujet. Une complainte, fredonnée jusqu’à la fin du XIXe siècle, marquera durablement les esprits. « L’effroyable affaire » hantera l’imaginaire collectif et Rodez restera longtemps la ville où « on égorge les gens comme des cochons ».

L’exposition rassemble des documents originaux et inédits provenant de collections privées et bénéficie de prêts d’institutions nationales.

Une présentation en ligne est disponible ici


Vous aimerez aussi...