17 Juin 1939 : dernière exécution publique en France

Eugène Weidmann est un assassin d’origine allemande surnommé le « tueur au regard de velours ». Il est arrêté en décembre 1937 pour le meurtre de six personnes et condamné à mort. Son exécution a lieu le 17 juin 1939 à l’entrée de la prison de Versailles. Une grande foule assiste à l’exécution : des journalistes qui filment la scène, des femmes hystériques amoureuses du condamné etc…

Suite aux débordements causés par cette exécution, le président du Conseil Edouard Daladier décide d’abolir les exécutions publiques. Eugène Weidmann est ainsi le dernier à avoir été guillotiné publiquement en France. Par l’historienne Sabine Jansen dans LES OUBLIETTES DU TEMPS du lundi 17 juin 2013 sur le site de France inter

En 1937, Eugène Weidmann, un Allemand qui vit à Paris, est arrêté pour le meurtre d’un agent immobilier. Lors de son interrogatoire, il avoue aussi le meurtre d’une jeune danseuse américaine, Jean de Koven. Lorsqu’on l’interroge sur ses motivations, il répond qu’il tue pour l’argent. Mais les sommes en jeu sont si minimes qu’on a du mal à le croire…

Pour en savoir plus voir le billet publié le 8 novembre 2016 sur le site de l’émission Europe1

Crimes, faits divers, histoires inquiétantes ou étonnantes, Christophe Hondelatte propose aux auditeurs d’Europe 1 de revenir durant une heure, sur les aventures humaines et les histoires vraies qui ont marqué la France, en les ponctuant d’archives de la station.

Eugen Weidmann – le tueur au regard de velours

17 juin 1939. Le séducteur assassin Eugène Weidmann est filmé …

17 juin 1939 : France, dernier condamné à être exécuté en public

Bibliographie sélective :

Parution du livre le 10 novembre 2016 – Qu’il s’agisse de vol, de crime, de mœurs ou de pouvoir, ce livre rassemble les grands textes des « policiers écrivains ». Policiers, ils ont découvert le corps, traqué l’assassin, livré une tête à trancher à la justice sévère de leur temps ; écrivains, ils ont consigné leurs enquêtes, leurs intuitions, leurs idées. À l’âge de la retraite, ils publient, racontent, revivent les moments forts d’une carrière, non sans se donner le plaisir de régler au passage quelques comptes. Certains, imitant Vidocq, ne font que donner des indications à un « teinturier », un homme de lettres famélique qui va mettre en forme le récit ; d’autres, comme les commissaires Goron ou Macé, se révèlent de véritables écrivains, des narrateurs efficaces qui ont le sens de l’image et du raccourci saisissant, des stylistes qui savourent la joie de ressusciter en beau français les horreurs de la chronique criminelle. On trouve même quelques versificateurs dans la confrérie, comme Clovis Pierre, « le poète de la Morgue », et surtout l’énigmatique Ernest Raynaud, auteur aux deux visages : le poète symboliste ami de Verlaine, mais aussi le commissaire de police qui parsème ses récits aigres-doux de citations littéraires et de références classiques.

souvenirs-policeL’écriture, en transformant le policier en témoin, lui ouvre un champ beaucoup plus vaste que le seul angle professionnel. Débarrassé du souci de protéger la société, l’écrivain policier se donne pour horizon une ambition élargie, pour ainsi dire pédagogique et quelquefois encyclopédique : celle de faire comprendre le monde qu’il a traversé, d’expliquer la marche de la police et du crime, non sans entrer dans les mobiles mêmes et les raisons des criminels qu’il a pourchassés. Il en résulte une littérature peu moraliste en définitive, qui décrit la délinquance pour ce qu’elle est, le produit d’une société à un moment du temps. S’il juge, c’est à l’aune de sa propre sensibilité que l’écrivain policier acquitte ou condamne, décernant parfois des éloges paradoxaux à ceux des malfrats qui l’ont marqué. De l’ancien préfet de police craint et respecté – Gisquet, Andrieux, Lépine – jusqu’au petit inspecteur des Mœurs qui se sait l’objet du mépris public, ces Souvenirs de police nous transmettent la mémoire tue des générations d’avant-guerre.

De la révolution industrielle à la crise des années 1930, la France a ses zones d’ombre que les autobiographies d’écrivains policiers trouent de leur fanal lumineux, signalant les complaisances et les convoitises de nos arrière-grands-pères, les passions troubles de leurs élites.Écrivain, historien, haut fonctionnaire, maître de conférences à Sciences Po, Bruno Fuligni est l’auteur de vingt livres sur l’histoire politique et policière française. Il a notamment dirigé Dans les secrets de la police. Quatre siècles d’Histoire, de crimes et de faits divers (L’Iconoclaste, 2008).

Écrivain et historien, Bruno Fuligni est né en 1968. Haut fonctionnaire, maître de conférence à Sciences po, il est l’auteur de seize ouvrages sur l’histoire politique française, la vie parlementaire, les candidats insolites…

Éditeur : Bouquins
Collection : Bouquins

WeidmannParution du livre le 12 mai 1989 – Cet ouvrage est une narration très précise et très complète d’une affaire judiciaire qui a secoué la France, voire le monde occidental (les faits se sont déroulés en France, l’auteur principal des crimes était allemand et une des victimes – américaine), quelques mois avant la déclaration de la Seconde Guerre Mondiale. Le déroulement des faits est très bien décrit. L’auteur ne se contente pas d’un simple déroulement chronologique : il replace les faits dans le contexte de l’époque (Exposition Universelle de 1937, la montée des périls, la germanophobie qui gagnait la France ….). Les acteurs (auteurs des crimes, victimes, policiers, juges, avocats et journalistes ayant suivi l’affaire) nous sont présentés avec force détails et notamment Gustave Weidmann dont, c’est évident, l’auteur a eu connaissance des rapports des experts qui l’ont approchés. Le style est agréable. Ce livre se lit d’un trait. La description de l’exécution de Weidmann (dernière exécution publique en France) est narrée avec une précision chirurgicale et pourrait être reprise dans un thriller…

 _Roger-Colombani_1466Roger Colombani, né à Toulon le 9 avril 1924 et mort à Paris le 23 mars 2009

 Roger Colombani a été grand reporter à France-Soir dans les années 60 et 70, puis l’un des co-fondateurs du Matin de Paris en 1977.

Il appartenait à la génération de ceux qui, à la Libération, se sont attachés à reconstruire une presse libre et pluraliste.

Né le 9 avril 1924 à Toulon, Roger Colombani débute sa carrière au quotidien communiste La Marseillaise » (1946-1950), avant d’être correspondant de Libération (1950-1960), celui d’Emmanuel d’Astier de la Vigerie, issu de la Résistance.

De 1960 à 1976, il travaille pour France-Soir, le journal de Pierre Lazareff, comme envoyé spécial basé à Marseille, puis à partir de 1969 comme grand reporter. Il couvrira notamment les dernières années du franquisme et les condamnations à mort des militants de l’ETA. En France, il relate la plupart des grands procès d’assises de l’époque (enlèvement du petit Mérieux, meurtre de Bruay-en-Artois, assassinat du juge Renaud).

Éditeur : Éditions Albin Michel; Édition : Albin Michel

Collection : Faits divers


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *