L’Assassin habite au 21 – Film réalisé par Henri-Georges Clouzot en 1942

Le succès du film Le Dernier des six, réalisé par Georges Lacombe sur un scénario de Henri-Georges Clouzot, incite Alfred Greven, le directeur de la Continental-Films, à produire une suite aux aventures policières du commissaire Wens et de sa compagne Mila-Malou. Greven accepte d’en confier la réalisation à Clouzot, son chef scénariste. Les risques commerciaux sont calculés ; le tandem Fresnay-Delair remplira de toute façon les salles. De nouveau, Clouzot s’inspire d’un roman de Stanislas-André Steeman, « L’assassin habite au 21 », et il propose à l’auteur de collaborer à l’adaptation. Celui-ci accepte de venir travailler à Paris : « Je ne me souviens pas sans émotion de notre amicale collaboration, à Clouzot et à moi. Non que cela allât tout seul. Nos tempéraments opposés s’affrontaient souvent et Clouzot est un de ces hommes impossibles à convaincre, à moins que vous n’ayez découvert le sentier dérobé qui vous conduit tout droit à leur clairière personnelle. Encore H.-G. Clouzot vous reproche-t-il d’avoir lambiné en route… « L’assassin habite au 21 » se déroulait à Londres, dans le brouillard, et j’aurais aimé en faire une symphonie en gris dans le style du Dr. Jekyll et Mr. Hyde. Si l’on veut bien se reporter aux événements d’alors, j’appris sans étonnement qu’il nous fallait situer l’action à Paris… Je m’inclinais… A priori, rien ne s’opposait à ce que M. Durand fit un assassin tout aussi présentable que M. Smith. Clouzot et moi travaillions dans un Paris occulté par 0°, haussant le ton des répliques pour nous réchauffer. La plupart des scènes furent composées d’un premier jet… Pour la fin, on a cafouillé…» Clouzot Cinéaste – José-Louis Bocquet – Marc Godin – La Table Ronde (2011) – Mon cinéma à moi

l’assassin habite au 21 -Bande annonce – YouTube


Vous aimerez aussi...