Que nous montrent les monstres ?

Crime de Whitechapel à Londres en 1888, affaire Jack l’Éventreur ( Jack the ripper) : découverte d’une victime par deux policiers a Whitechapel, illustration de Clair Guyot dans le « Le Petit Parisien » de 1891• Crédits : Bianchetti/Leemage – AFP

La Conversation scientifique par Etienne Klein – Entretien avec Laurent Lemire, journaliste scientifique, auteur de « Monstres et monstruosités » (Perrin, 2017).

C’est un monstre ! Qui n’a jamais entendu cette phrase ? Au cours d’un procès d’assises ou lors d’un fait divers ou même au tribunal de l’Histoire. Souvent, c’est une manière d’évacuer le sujet, de le classer dans l’inclassable. Il y a là comme une commodité pour ne pas voir ce que le monstre nous montre. Car le monstre, c’est justement celui qui montre. Du moins l’association nous vient-elle immédiatement à l’esprit. Mais étymologiquement, le monstre est moins celui qui montre – du verbe latin monere – que celui qui avertit, qui met en garde. De quoi ? Contre quoi ? C’est là tout le problème.

Pour écouter le podcast de l’émission sur France culture

Parution du livre le 4 mai 2017 – La créature de Frankenstein, « Elephant Man », Jack l’Éventreur ou les terroristes suscitent effroi et fascination.

La créature de Frankenstein, « Elephant Man », Jack l’Eventreur ou les terroristes suscitent effroi et fascination. Qu’ils viennent de territoires inconnus ou s’inscrivent dans notre quotidien, ces monstres peuplent notre imaginaire, construisent nos mythes et nourrissent nos peurs. Dans cet ouvrage, Laurent Lemire s’intéresse à cette anormalité, mais nous révèle aussi que la monstruosité ne se cantonne pas à ces créatures difformes et parfois inhumaines. Elle fait bel et bien partie de notre réalité.

Partant des mythes et des légendes, l’auteur analyse les monstres de tous types, y compris les plus anodins, les plus inattendus, et interroge le rapport qu’ils entretiennent avec l’Homme, mettant ainsi en lumière la part sombre ou bizarre de l’humanité. Le monstre montre toujours quelque chose. Reste à savoir quoi…

Dépassant de loin le simple mais instructif glossaire, l’auteur voyage avec bonheur à travers l’Histoire, la mythologie, les sciences humaines, mais aussi la criminologie et le droit, renouvelant le genre et tissant le lien qui va du merveilleux à l’horreur.

Laurent Lemire est journaliste à L’Obs et à Livres Hebdo.

Il est notamment l’auteur de Marie Curie (Perrin, 2001) et de Le Siècle d’Albert Einstein (Perrin, 2008).

Editions Perrin

Monstres et monstruosités – La tête au carré | podCloud