« Le dépit amoureux fait commettre bien des folies » : l’affaire Balestaquin ( L’assassin habite dans le 47 )

Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen

Bien que pas fana du vino verde notre Jan-Michel ARMAND régional est parti chercher de l’inspiration au Portugal dans la vallée du Douro.

Soucieux du bien être des lecteurs du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … il nous laisse  une nouvelle et … dernière affaire avant la fermeture estivale du guichet sanglant. Il s’agit de l’affaire  Balestaquin : 

 Il est grand temps de retrouver le chemin du crime (le seul qui ne déçoive jamais!) sur radiobulleagen

Texte intégral et document sonore sur radiobulleagen à partir du 20 juin 2017 sur Radio Bulle 93.6 le mardi à 13H15 et le vendredi à 19H ou en podcast sur www.radiobulle

« Un curieux justiciable que ce Michel Balestaquin. Escroc « à la petite semaine », la prison qu’il connaît dès l’âge de 20 ans, ne calme pas ses ardeurs et le goût de l’argent facile.

Quand il est jugé, il n’accepte pas les sentences prononcées et il insulte copieusement les juges. Résultat, les peines pleuvent comme à Gravelotte !

La rédemption aurait pu avoir les traits de Mélanie, jeune agenaise de 17 ans belle comme ce jour de mai 1846 où il fait sa connaissance. Mais son passé le rattrape et on ne donne pas sa fille à un malandrin. Le dépit amoureux fait commettre bien des folies on le sait et ce n’est pas un coup de pistolet tiré dans le joli minois de sa belle qui allait arranger ses affaires.

Résultat, il ressort de la cour d’assises du Lot et Garonne sapé d’une condamnation de 15 années de réclusion criminelle. Mauvais joueur, il n’accepte pas ce qui est pour lui un déni de justice et pour mériter pleinement sa peine, il tue son co détenu.

Mais cette fois, la note est plus salée…c’est la condamnation à mort. Le 18 mai (un mois qui ne lui porte pas chance !), 1847, place du Pin devant plus de cinq mille personnes, le couteau de la guillotine viendra mettre un terme prématuré à sa jeune vie. Il a 26 ans ! »

Âmes sensibles et ennemis de la franche rigolade s’abstenir d’écouter le document sonore …

Par Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen.

Vous pouvez retrouver également les travaux récents  de Jean-Michel Armand sur Le Lien n°7 mai 2017 : 100 ans de criminalité en Lot-et-Garonne


Vous aimerez aussi...