Un livre tendre, drôle, émouvant : « Le Tour du doigt » par Jean Anglade, le « Pagnol auvergnat »

« Je suis né par hasard à Thiers au pays des couteaux mais j’ai reçu mon âme de partout. »

Parution du livre le 26 février 2015 – Ce Tour du doigt est aussi le tour de la vie de Jules Vendange, descendu de sa montagne auvergnate en 1913 avec son parapluie et sa casquette à oreilles pour devenir élève-maître à l’Ecole normale d’instituteurs. On lui inculque la rude et souvent bouffonne pédagogie du temps, écourtée par la guerre, et qu’il doit appliquer encore enfant à des enfants plus jeunes que lui. Mobilisé à son tour, il assiste et participe aux mutineries de 1917.

En 1919, mutilé, il retourne avec les survivants de sa promotion achever ses études afin d’obtenir le sacro-saint Béhesse (Brevet Supérieur) dans une Ecole normale qui n’a rien appris et rien oublié. A ces hommes à peine sortis de la boue des tranchées sont appliqués les règlements étriqués, les brimades ridicules, les sanctions humiliantes qui servaient à préparer les futurs « hussards de la République ». Alors, une révolution canularesque éclate dans l’établissement et déborde sur la ville, jusqu’à l’expulsion des rebelles, dispersés dans les campagnes. L’Administration aura sa revanche…

Jules Vendange doit mener la carrière ingrate d’instituteur sans Béhesse. A ses difficultés professionnelles, s’ajoutent ses problèmes d’homme diminué, mal inséré dans la vie normale : il est celui qui fait tchonc-tchonc-tchonc en marchant, et que les femmes évitent. Sur ce chemin difficile, il trouvera une jeune veuve et son fils. Cette rencontre transformera son existence et lui fera enfin découvrir l’amour et la joie de la paternité. Lire un extrait

Jean ANGLADE Crédit photo : © © Artephoto Stéphane Olivier

Jean Anglade : Fils d’une servante et d’un ouvrier maçon – il n’a passé que « douze jours de bonheur », le temps d’une permission, avec son père, tombé sur le front de la Somme en septembre 1916, et ne conserve de lui qu’un paletot bleu que sa mère lui taille dans l’uniforme du chasseur alpin – Jean Anglade naît en 1915 à Escoutoux dans le Puy-de-Dôme, près de Thiers. Son oncle juge qu’il est fait pour étudier et l’inscrit au cours élémentaire, le collège des pauvres. Excellent élève, il reçoit une bourse. Il ira à l’Ecole normale d’instituteurs de Clermont-Ferrand.

Bibliothèques Clermont-Communauté – Instituteur débutant à Thiers, DR Jean Anglade

Il épouse une institutrice ; le jeune ménage obtient un double poste dans le pays de Combrailles, en 1935. Ce plateau de granit à la limite de l’Allier, du Puy-de- Dôme et de la Creuse, découpé en gorges étroites, est un paysage qui l’enchante. 1936, il part deux ans dans le Sud-Ouest pour faire son service militaire à la base aérienne d’Aulnat, où il croise Saint-Exupéry. La région accueille de nombreux Espagnols qui s’exilent, fuyant la guerre civile. L’autodidacte qu’il est dans l’âme poursuit ses études jusqu’à l’agrégation d’italien. Il enseignera durant la plus grande partie de sa vie au lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand. Il a trente-huit ans, en 1952, quand paraît son premier roman, Le Chien du Seigneur, l’histoire d’un prêtre-ouvrier qui exerce son ministère dans une usine de caoutchouc. Un sujet délicat pour l’époque. Le roman fait grand bruit. Henri Pourrat le complimente : « Je vous ai lu d’un trait… Vous êtes un romancier. » Ce roman le fera entrer, dit-il, « dans la république des lettres ». Dès lors, il publie un ou deux livres par an. Il écrit pendant ce qu’il nomme sa période bleue – en hommage à Picasso alors qu’il n’est encore que Pablo – des romans nés de sa fascination pour l’Italie, l’Allemagne ou encore l’Irlande : – Lire la biographie complète sur le site des Presses de la cite.

Clarisse Enaudeau, directrice littéraire de la collection Terres de France aux Presses de la Cité

Chaque roman de la collection Terres de France aux Presses de la Cité est une invitation au voyage. Voyage au cœur de la passion, celle de nos auteurs dont la plume fait vivre d’extraordinaires destins, celle, aussi, de leurs héros qui, livre après livre, deviennent une part de notre mémoire. Voyage encore au cœur de nos régions, voyage enfin au doux parfum d’antan.

Le succès de la collection Terres de France ne serait pas ce qu’il est sans  vous, sans les Amis de Terres de France. Un fabuleux enthousiasme, témoin d’une passion partagée.

Clarisse Enaudeau nous parle du métier d’éditrice – YouTube

Clarisse Enaudeau présente la collection Terres de France – YouTube

Collection Terres de France l Accueil


Vous aimerez aussi...