Al Capone, vie et mort d’un intouchable

Al Capone ( sa maison ) © PD-USGOV / Chicago Daily News

Al Capone disait souvent : « On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu’avec un mot gentil tout seul. »

Une fiction de Manuelle Calmat de Gmeline – Une réalisation de Cédric Aussir

Pour en savoir plus lire le billet publié sur France inter

AU FIL DE L’HISTOIRE du mercredi 17 octobre 2012 par Patrick Liegibel

 

Alphonse Gabriel Capone, surnommé Scarface, est le plus célèbre des gangsters américains. Personnage emblématique de l’essor du crime organisé dans les États-Unis de la Prohibition, il a contribué à donner à Chicago sa triste réputation de ville sans foi ni loi. Al Capone a été, de 1925 à 1930, au plus fort de la Prohibition, le patron incontesté du crime organisé aux États-Unis. Il a amassé une fortune immense grâce à l’exploitation des bars clandestins, des bordels, des boîtes de nuit, des poissonneries, des boucheries… Ses méthodes d’intimidation étaient telles que, faute de témoins à charge, il ne fut jamais poursuivi, même pour des crimes notoires. AL CAPONE RACONTÉ POUR LA PREMIÈRE FOIS PAR SON PETITFILS. Chris K. Capone raconte sa courageuse quête de vérité et lève enfin le voile sur les parties cachées de la vie d’Al Capone et les mensonges véhiculés par les médias et les historiens. Il dresse un portrait nouveau, étonnant et sincère de son grand-père, considéré encore aujourd’hui comme le plus grand parrain de la mafia ( Al Capone : la véritable histoire de Scarface, Chris K. Capone (Auteur) – Paru le 15 février 2010 – Éditeur Music And Entertainment Books)

 

« On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu’avec un mot gentil tout seul »…

Chicago, 14 janvier 1929. Al « Scarface » Capone fait abattre les hommes de Bugs Moran, son principal adversaire. Les journaux s’emparent de l’événement et consacrent leur Une à ce qui va devenir le « Massacre de la Saint-Valentin ». Devant l’ampleur que prend l’affaire, le gouvernement américain décide de tout mettre en oeuvre pour arrêter Al Capone. Le président Hoover fait pression sur le secrétaire du Trésor, afin qu’il rassemble assez de preuves pour accuser Capone de violation de la prohibition et d’évasion fiscale. L’homme qui doit rassembler des preuves s’appelle Eliott Ness. Il commence par constituer un groupe de jeunes agents, « les Incorruptibles ». Ne pouvant prouver ni ses meurtres, ni ses trafics d’alcool, ni ses rackets, les enquêteurs se concentrent sur les dépenses de Capone, les comparants méticuleusement à ses revenus officiels. Finalement trahi par un train de vie exagérément supérieur à ses revenus déclarés, Al Capone est condamné en 1931 à 11 ans de prison et 80 000 dollars d’amende pour fraude fiscale ! .

Docteur en histoire contemporaine et spécialiste des États-Unis, Hélène Harter est directrice-adjointe du Centre de recherches d’histoire nord-américaine de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne. Les Incorruptibles contre Al Capone – 14 avril 2010 –  Hélène Harter – Editeur : Larousse – Collection : L’Histoire comme un roman).


Vous aimerez aussi...