Histoire du STO (Service du travail obligatoire) de Raphaël Spina

Un livre majeur sur un sujet fondamental mais oublié !

Parution du livre le 6 avril 2017 – Le STO est l’inconnu le plus célèbre des années noires. Plus de 600 000 Français – et étrangers – ont été envoyés de force en Allemagne nazie au titre du Service du travail obligatoire. Près de 250 000 réfractaires ont réussi à se cacher, dont 40 000 maquisards. Et des centaines de milliers de « refusants » ont usé de tous les subterfuges possibles pour rester sans devenir clandestins : certificats médicaux de complaisance, retour à la terre, entrée dans les emplois protégés…

Phénomène capital, et pourtant largement ignoré, le STO a été victime de simplifications abusives. Tous les réfractaires ne sont pas devenus maquisards. Et les Français ne se sont pas immédiatement rebellés contre cette nouvelle forme de servage. C’est dire que ce livre, fondé sur une large variété de sources souvent inédites, offre une contribution majeure à l’histoire du STO, des origines à sa mémoire.

Négociations entre Berlin et Vichy, réactions de l’opinion publique, impacts sur la Résistance et sur la collaboration, calvaire méconnu des travailleurs requis par l’organisation Todt (véritable STO de l’intérieur), vie au coeur du Reich, retour… rien n’échappe à l’analyse qui saisit le drame du STO dans la pluralité de ses aspects.

Un ouvrage important, surprenant et exhaustif sur l’instrument emblématique de la collaboration et sur son impact majeur durant la Seconde Guerre mondiale.

Ancien élève de l’Ecole normale supérieure et agrégé d’histoire, Raphaël Spina est PRAG à l’université d’Aix-en-Provence.

“Riche en informations sur la vie quotidienne dans une France où l’on a faim et où l’on doit parfois se cacher pour survivre, cet ouvrage apporte un éclairage décisif sur l’évolution de l’opinion durant l’année 1943, qui voit la popularité du régime de Vichy décliner irréversiblement”. (le Figaro)

Synthèses historiques

Les Editions Perrin

 

“Avec incrédulité et chagrin, j’ai appris la mort soudaine à 45 ans de mon collègue et prédécesseur Patrice Arnaud, historien de la vie des requis du STO en Allemagne nazie.

Je dois énormément à ses travaux, à ses analyses et à ses intuitions. Sans ses recherches, sans ses remarques et ses corrections, mon propre ouvrage serait considérablement différent, et incontestablement moins bien réussi. Ma propre thèse cite plus de 220 fois la sienne, soutenue en 2006 : un monument de quelque 1700 pages – et il était plus concis que moi pourtant. Il avait interrogé nombre de témoins et puisé à d’innombrables sources à travers toute l’Allemagne, notamment à celles de la police et de la justice nazies. En plus d’être un excellent germaniste, et un bon connaisseur des sciences sociales ou des machines administratives, il avait une capacité d’analyse, une perspicacité critique et une plume parfois acérée et crue que je n’aurais peut-être jamais.

Nous nous connaissions depuis une douzaine d’années, et nous avons fait bien des colloques et des conférences ensemble. Ceux qui étaient présents à ma soutenance l’ont croisé, et ont entendu plusieurs fois le jury et moi-même citer élogieusement son travail. Christelle Buf, Alexandre Sokolowski et Mathieu Rigo l’ont vu parler à mes côtés aux Archives Nationales, lors de la conférence organisée par Denis Peschanski en février 2015.

Je lui avais proposé d’animer avec moi la présentation de mon livre à la librairie L’Oeil Ecoute le 8 juin, organisée par Jean-Mathieu Robine et où Angelique Sion a lu quelques extraits : il avait décliné l’invitation, ne pouvant pas être présent ce soir-là, et désormais il ne pourra plus jamais l’être..

Fin mai à notre dernier échange de mai, il semblait pourtant que tout allait normalement. Il commentait avec sa vivacité coutumière la situation politique ou la vie universitaire. Il a reçu le jour de son anniversaire l’exemplaire signé de mon livre, mais ne pourra plus jamais me dire son jugement et ses impressions, auxquels je tenais beaucoup. Je mesure aussi l’ironie tragique qu’il y a eu à lui souhaiter ce jour-là sur son mur de bien profiter d’une bonne demi-décennie, et de bien se porter…

Il ne me restait plus qu’à lui rendre cet hommage, en toute reconnaissance et camaraderie, et sans arriver à réaliser, tant c’est incroyable qu’il ne soit plus… Qu’il repose en paix.” Raphaël Spina


Vous aimerez aussi...