36 rue Saint-Sulpice, 75006 Paris

En avril 1946, les maisons de tolérance été interdites sur l’ensemble du territoire français. Les 195 maisons closes parisiennes ont fermé, mais il reste aujourd’hui encore quelques traces de cette époque comme la plaque du numéro 36 de la rue Saint-Sulpice qui est plus grande que la normale et représentée d’une manière différente des autres adresses. Il s’agissait d’un moyen pratique pour repérer plus aisément les lieux de prostitution.

Le quartier ne manquait pas de clients avec tous les ecclésiastiques qui y séjournaient. La porte latérale de l’église Saint-Sulpice donne pratiquement en face du numéro 36.

Les pensionnaires oeuvraient sous la houlette de Miss Betty.

 

Prod DB © Les Films du Lendemain – My New Picture / DR – L’APOLLONIDE, SOUVENIRS DE LA MAISON CLOSE de Bertrand Bonello 2011 FRA. avec bordel, prostitution, prostituée autre titre: House of Tolerance |

L’Abbaye, la maison close des hommes d’Église ! – “Au 36 rue Saint-Sulpice, qui longe l’église du même nom, se dissimulait une maison close : l’Abbaye. A l’époque, l’établissement attire principalement des membres du clergé ! De l’extérieur, l’immeuble dédié à la prostitution est naturellement discret. À peine signalé de l’extérieur, il y a tout juste un numéro et un éclairage rougeâtre. Comme toute maison close qui se respecte, le lieu se doit d’être clos aux regards. « Puisqu’elles sont fermées, c’est qu’elles sont ouverte s», souligne l’écrivain Paul Teyssier.

Si la discrétion est de mise à l’extérieur, à l’intérieur c’est autre chose ! Le décor des chambres rappelle les lieux de culte. Les filles de joie s’habillent parfois en nonnes. Les clients assouvissent leurs désirs les plus sadiques à l’Abbaye. Le romancier Alphonse Boudard, fils de prostituée et fin connaisseur des bordels, décrit les lieux : « Les chambres s’aménagèrent sur la base de ce qui allait se dérouler. La salle de tortures, avec une croix de Saint-André … le crucifix aurait été par trop sacrilège. Diverses tenailles, crochets et chaînes, un gibet pour les amateurs de corde au cou puisqu’il paraît qu’à un certain moment la pendaison provoque une érection. Passons à la chambre de Satan … un avant-goût de l’enfer. Le patient y était reçu par des diablesses qui ne lui laissait aucun répit. On malmenait là aussi, mais en plus avec le sentiment de la damnation. Une des pièces s’appelait la sacristie … ça allait de soi. Un confessionnal était à part dans le recoin d’une chambre tapissée de rouge. » Aujourd’hui le n°36 abrite un magasin de décoration et de meubles”. – Merci pour ce court article à Clip city 


Vous aimerez aussi...