La pathologisation de l’activisme radical – De l’OAS à Action directe, les examens psychiatriques à la Cour de sûreté de l’État

L’article, qui s’appuie sur le dépouillement d’archives d’une juridiction d’exception, la Cour de sûreté de l’État, vise à comprendre la systématisation du recours à l’expertise psychiatrique dans le cadre de la répression des « ennemis publics ». Il essaie dès lors d’en dégager les conditions de possibilité, en insistant sur le bouleversement des logiques répressives induit par la création d’un nouveau tribunal spécialisé dans le jugement des crimes et des délits politiques. Ce faisant, il éclaire aussi les modalités de résistance à cette pratique, inédite par sa banalisation, et la manière dont elle peut être détournée par les militants. Il s’agit surtout de montrer en quoi l’expertise psychiatrique participe d’une pathologisation du militantisme radical, par des procédés complémentaires d’anormalisation/normalisation des illégalismes commis ; et, plus généralement, comment elle favorise le long processus de dépolitisation des crimes et des délits. Par Vanessa Codaccioni

Genèses

2017/2 (n° 107)

Années 1960-1970, les temps des possibles

 Pages : 192 Éditeur : Belin Numéros antérieurs disponibles sur www.persee.fr ISBN : 9782701162836 ISSN : 1155-3219 Site internet

Pour lire et acheter l’article sur Cairn.info

Vanessa Codaccioni est maîtresse de conférence au département de science politique de l’université Paris 8. Ses principaux thèmes de recherche sont la répression, les procès politiques et la justice d’exception. Elle est notamment l’auteure de Punir les opposants. PCF et procès politiques (1947-1962) (CNRS Éditions, 2013) et Justice d’exception. L’État face aux crimes politiques et terroristes (CNRS Éditions, 2015).

vanessa.codaccioni.at.univ-paris8.fr

English : The pathologization of radical militancyPsychiatric examinations at the State Security Court, from the OAS to Action DirecteThe article, which is based on research in the archives of the French State Security Court (a court of special jurisdiction), seeks to understand the process through which recourse to psychiatric expertise became systematic in the suppression of “public enemies.” It then turns to discerning its conditions of possibility, stressing the disruptive impact that the creation of a new tribunal specialized in ruling on political crimes and misdemeanors had on repressive approaches. In so doing, it also sheds light on ways of resisting this new practice as it became commonplace, and how it can be appropriated by activists. It ultimately demonstrates how psychiatric expertise contributes to the pathologization of radical activism through the complementary procedures of abnormalization/normalization of the committed illegal acts, and, more generally, how such expertise favors the gradual process of depoliticizing crimes and misdemeanors.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *