Ernest Appert (1831-1890), un précurseur d’Alphonse Bertillon ?

Jean-Louis Émile Villeneuve, 1870 (cliché de Stéphanie Sotteau Soualle)

Christian Phéline développa dans son ouvrage sur l’identification judiciaire, L’Image accusatrice parue en 1985, la théorie selon laquelle les portraits de communards réalisés par Appert annonceraient la photographie judiciaire développée par Alphonse Bertillon. En organisant une vaste campagne de prise de vue dans les prisons versaillaises, Appert aurait répondu à une commande de l’État afin de recenser les « communards » et permettre ainsi de les traquer : « La première entreprise répressive à utiliser la photographie à l’encontre des militants reste celle d’Eugène Appert en 1871. Forte de cette expérience, la pratique policière s’oriente cependant vers la mise en place ordonnée de véritables fichiers qui, à partir de la réforme bertillonienne, recourt à la photographie dans chacune de ses nouvelles extensions ».

Ce texte phare demeure dans les bibliographies classiques sur la période de la Commune. Christian Phéline inscrit le travail d’Appert dans le vaste recensement des prémices de la photographie judiciaire. Mais qu’en est-il réellement ? Peut-on comparer la normalisation de la photographie judiciaire mise en place par Alphonse Bertillon dans les années 1880 à la campagne photographique d’Appert ? Quels sont les points communs ? Bertillon s’est-il inspiré d’Appert et quel était le but véritable d’Appert, photographe d’atelier ?…

Lire la suite de cet article de Stéphanie Sotteau Soualle sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2011, 18 avril). Ernest Appert (1831-1890), un précurseur d’Alphonse Bertillon ? Criminocorpus. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd0c

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search