Devenirs policiers – Une socialisation professionnelle en contrastes (David Pichonnaz) – Article actualisé

La profession policière cristallise des débats fondamentaux à propos de la vie en démocratie: quelle place donner à l’usage de la contrainte dans la régulation des rapports sociaux? Sommes-nous toutes et tous égaux devant la mise en application de la loi? Les membres de la force publique doivent dès lors faire face à des dilemmes complexes, découlant de l’opposition entre leurs missions de service social et leur rôle de « bras armé de l’État ». Il n’est donc pas étonnant qu’ils donnent des réponses variées aux choix se présentant à eux dans leur travail quotidien. C’est sur ces contrastes que ce livre se penche.

La profession policière cristallise des débats fondamentaux à propos de la vie en démocratie: quelle place donner à l’usage de la contrainte dans la régulation des rapports sociaux? Sommes-nous toutes et tous égaux devant la mise en application de la loi? Les membres de la force publique doivent dès lors faire face à des dilemmes complexes, découlant de l’opposition entre leurs missions de service social et leur rôle de « bras armé de l’État ». Il n’est donc pas étonnant qu’ils donnent des réponses variées aux choix se présentant à eux dans leur travail quotidien. C’est sur ces contrastes que ce livre se penche.

L’étude indique que la profession policière est traversée de débats et de tensions à propos de la meilleure manière de pratiquer le métier, qui s’expriment par des contradictions dans la formation délivrée aux nouvelles recrues. Les conceptions du métier de ces dernières, même après quelques années de pratique, sont d’ailleurs fortement variées. Les jeunes policières et policiers réagissent de manière contrastée à leur formation et leurs premières années de pratique, en fonction leurs parcours antérieurs, en particulier leurs trajectoires sociales et leur socialisation de genre.

Dans le monde policier, les manières traditionnelles de l’exercer se trouvent mises en question par des policiers que l’on peut qualifier de « réformateurs ». Ils ont pour projet de changer la police, se servant de la formation comme outil de réforme. Ces acteurs défendent une vision large des objectifs et compétences des policières et des policiers, rapprochant la profession de la figure du « régulateur social », davantage que du « justicier ». Dans leur perspective, la police ne doit pas uniquement se concentrer sur l’usage de la coercition et de la contrainte. Ils promeuvent au contraire des compétences alternatives relevant de la persuasion, la négociation ou la médiation, ainsi qu’un rapport de proximité avec la population. Certains défendent auprès des nouvelles recrues une attitude de résistance vis-à-vis de leurs supérieurs directs.

Grâce à des séjours répétés effectués au sein d’une école de police, l’auteur montre que les efforts des réformateurs pour enseigner des modèles policiers renouvelés se trouvent face à de nombreux obstacles. D’abord, la présence d’autres formateurs enseignant des modèles professionnels largement plus traditionnalistes. En outre, la place centrale accordée à la violence dans les exercices pratiques contribue à diffuser, auprès des recrues policières, une image des citoyennes et des citoyens comme étant hostiles et menaçants. Les compétences « relationnelles », qui soutiennent le projet réformateur, sont en outre délégitimées par différentes caractéristiques du dispositif de formation, telle que le rôle central joué par les unités d’intervention spéciales dans l’enseignement ou l’ambiguïté des prescriptions relatives à l’usage de la force qui sont enseignées.

Enfin, l’ouvrage s’intéresse de manière approfondie aux recrues, que le chercheur a suivies lors de leur formation puis dans leurs premières années de pratique. L’étude établit que les parcours antérieurs à l’entrée dans la profession façonnent largement la manière dont elles se saisissent des modèles contradictoires auxquels elles sont confrontées. L’analyse de leurs parcours individuels, mis en lien avec leurs rapports au métier, permet en effet d’explorer l’impact prépondérant qu’exerce leur passé sur leurs manières contrastées de devenir policières et policiers. Les déconvenues et pertes de statut expérimentées antérieurement constituent en particulier un terrain propice au développement d’une pratique du métier centrée sur la coercition, d’un sentiment de distance vis-à-vis de la population et d’une vision négative de la société. Par ailleurs, les policiers hommes adhérant le plus aux définitions viriles de leur masculinité manifestent une plus grande attraction pour la détection des infractions et pour l’usage de la contrainte physique, ainsi qu’une préférence pour les alternatives coercitives.

L’ouvrage étudie donc les constructions différenciées de l’habitus professionnel des jeunes policières et policiers. Il s’intéresse à la manière dont des dispositions sociales acquises avant l’entrée dans le métier contribuent à expliquer l’adhésion des nouvelles recrues, ou au contraire leurs résistances, à la doxa policière. Il s’agit ainsi de montrer que le processus de socialisation professionnelle façonne les individus de manière différenciée selon leurs trajectoires antérieures.

David Pichonnaz est docteur en sociologie. Spécialisé dans l’étude des métiers relationnels, il est chercheur à la Haute école de santé Vaud et chargé de cours à l’Université de Lausanne. 

Pour lire un extrait du livre sur le site  Le choix de libraires 

Genre : Documents Essais d’actualité

Éditeur : Antipodes, Lausanne, Suisse

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *