Notre-Dame de Garaison, un sanctuaire marial devenu « camp de concentration » de 1914 à 1919

Un établissement scolaire privé et catholique fonctionne actuellement à Garaison dans les hautes-Pyrénées et reçoit près de 600 élèves. Pendant le premier conflit mondial, un camp d’internement de civils allemands, austro-hongrois, ottomans fut aménagé sur ce site. Albert Schweitzer fut la personnalité la plus connue au sein d’une population qui atteignit l’effectif de 1700 personnes au plus fort des internements.

Billet de nécessité, monnaie interne au camp, vers 1917-1919

Notre-Dame de Garaison est un sanctuaire marial depuis le XVIe siècle, « une préface de Notre-dame de Lourdes » en quelque sorte. En 1515, la Vierge serait apparue à une jeune bergère. Elle aurait souhaité l’érection d’un chapelle, ce qui fut réalisé dès 1640. Jusqu’à la Révolution, de nombreux pèlerinages eurent pour destination Garaison. Au milieu du XIXe siècle, une école fut aménagée, gérée par des religieux missionnaires de l’Immaculée conception. La loi sur l’interdiction d’enseignement des congrégation religieuses de 1901 aboutit à la fermeture en 1903 de l’école-internat. Quelques vieux religieux y demeurèrent. Les locaux furent donc aménagés en camp d’internement et il fonctionna de 1914 à 1919.

Il a été étudié dans un article mis en ligne sur le site Criminocorpus, une étude de cas pour prolonger l’ouvrage de Jean-Claude Farcy publié en 1995, Les camps de concentration français de la première guerre mondiale (1914-1920), livre qui fut présenté dans une interview reproduite sur Criminocorpus.

Billets en vente chez des numismates