Un certain 28 juin …

28 juin 1908 : tentative d’attentat de Hà Nội (Tonkin). Les indépendantistes vietnamiens s’engagent dans la voie du terrorisme avec la tentative d’empoisonnement de la garnison française de la ville de Hà Nội. L’affaire fut jugée rapidement et avec sévérité (trois sous-officiers annamites sont condamnés à mort).

28 juin 1914 : attentat de Sarajevo (actuelle Bosnie-Herzégovine). L’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’empire austro-hongrois par Gravilo Princip, provoque l’étincelle qui va déclencher la Première Guerre Mondiale. Le matin même vers 10h15, l’archiduc et son épouse viennent d’échapper à un attentat à la bombe artisanale perpétré par un jeune typographe de 21 ans, nommé Cabrinovitch. François-Ferdinand se rend malgré tout à l’Hôtel de ville pour une réception en son honneur puis à l’issue décide d’aller réconforter les blessés de la première tentative d’assassinat. Le chauffeur de tête du cortège officiel n’ayant pas été prévenu de ce changement dans le programme, conserve l’itinéraire initial, que les 6 terroristes serbes postés en différents endroits sur le trajet ont pu étudier (grâce au journal !).

28 juin 1940 : naissance de la « France Libre ». Le général de Gaulle est reconnu « Chef des Français Libres » par le gouvernement Britannique.

28 juin 1944 : assassinat du ministre milicien Philippe Henriot (Paris – 10, rue de Solferino). Secrétaire d’Etat à l’information et à la Propagande depuis janvier 1944, Philippe Henriot s’exprime deux fois par jour sur « Radio-Paris ». Orateur et polémiste dont les joutes verbales avec radio-Londres sont écoutées par une grande partie des Français, y compris dans les milieux résistants, son éloquence et son pouvoir de propagande sont tels que le GPRF d’Alger le condamne à mort. Un commando, Charles Gonard (1921-2016) alias Morlot dans la Résistance, l’assassine à l’aube, dans sa chambre au siège du ministère. Un catafalque est dressé Place de l’hôtel de ville et la dépouille reçoit l’hommage de nombreux parisiens jusqu’au 2 juillet, date des obsèques. Les Allemands organisent une sanglante répression. Après la guerre, Gonard effectue un séjour de deux ans en Indochine comme jeune officier dans l’infanterie coloniale.

Extraits Guerres histoire.science-et-vie.