1904, le Tour cycliste de la honte : des voyous, des Apaches !

Philippe Poisson, ancien formateur des personnels de l’A.P.- Membre correspondant du CLAMOR (UMS 3726) – Gestionnaire du carnet de recherche de Criminocorpus.

Sans histoire pour le classement final, le tour de France cycliste de 1904 fut singulièrement  animé quant à son déroulement.

C’est ainsi qu’à la sortie de la ville de Saint Etienne dans le col de la République une bande de voyous s’en prit aux concurrents à coups de bâtons et qu’aux contrôles de Nîmes d’autres énergumènes renouvelèrent un attentat du même genre.

A l’issue de la fin du tour 1904, quatre mois plus tard néanmoins, l’Union vélocipédique de France, qui n’avait pas voulu homologuer la course avant de se livrer à une enquête approfondie sur les nombreux incidents et réclamations dont elle avait fait l’objet, prenait une décision draconienne . Elle disqualifiait les quatre premiers coureurs du classement, convaincus d’avoir violé les règlements.

Et c’est finalement le modeste Cornet qui  figura à un palmarès auquel sa valeur ne le prédestinait peut-être pas au détriment de Garin, déclassé. – Philippe Poisson – En savoir plus 

 

Image à la une, bande défilanteHippolyte Aucouturier, « Ancien caviste de l’épicerie Damoy », aujourd’hui « inspecteur des appareils récepteurs télégraphistes utilisés dans les agences des grandes banques pour la cote de la Bourse »

Hippolyte Aucouturier, force de la nature doublée d’un bagarreur. Son Surnom le dépeint fort bien: « Le terrible ». Il a du caractère, de l’orgueil à revendre. Dans L’Auto, Géo Lefèvre, le spécialiste de cyclisme, ancien rugbyman au Stade Français, l’avait gommé des favoris du Paris-Roubaix 1903 : il ne croyait pas en lui. Aucouturier avait mis un point d’honneur à remporter l’épreuve. Puis, à l’arrivée, lui avait cloué le bec : « Une chose m’a particulièrement rendu enragé pendant la course et dans les moments pénibles, j’y pensais pour m’exciter : vos pronostics, monsieur Lefèvre … » Ph.P. Pour en savoir plus lire Hyppolyte Aucouturier « Le terrible » – Le blog de Philippe Poisson

Henri Cornet, le vainqueur du Tour de France (1904) … à retardement

Henri Cornet, surnommé dans le peloton, le  » titi parisien « ,  » le rigolo  » ou  » le mécanicien  » – vous trouverez les raisons de ces appellations dans l’ouvrage – est né à Desvres le 4 août 1884. Très vite attiré par les bicyclettes, il ne tarda pas à défrayer la chronique, remportant en 1900 la course des  » Tout Petits « , une épreuve disputée dans la région parisienne, réservée aux jeunes pousses prometteurs. Vainqueur du  » Paris-Montargis  » 1903, le natif de la rue du Caraquet, remporta après bien des péripéties, le Tour de France 1904. « Il reste dans la mémoire collective et l’Histoire, comme étant le plus jeune vainqueur du Tour de France. En effet, il n’avait pas 20 ans lors de son exploit. Deux ans plus tard, il remporta le très célèbre  » Paris Roubaix « . Il fut aussi détenteur du record du monde de l’heure et entra ainsi dans le monde des grands de la piste… », souligne l’auteur desvrois. Pour en savoir plus lire Henri Cornet, le vainqueur du Tour de France (1904) … à retardement …

 

La fiction du jourUne fiction de Caroline de Kergariou – Une réalisation de Michel Sidoroff

Où l’on apprend que le Tour de France, deuxième du nom, est un festival d’irrégularités en tous genres !

AU FIL DE L’HISTOIRE  du mercredi 23 octobre 2013 par Patrick Liegibel

Le deuxième tour de France est un véritable festival de tricheries et irrégularités en tout genre, les spectateurs caillassent les coureurs, lesquels prennent le train ou l’automobile pour arriver plus vite, les organisateurs répliquent à coup de flingue, on sème des clous à la volée sur la chaussée, bref comment s’étonner que le cyclisme soit ce qu’il est aujourd’hui quand on considère ce qu’il était à sa naissance !

Pour écouter le document sonore et lire le billet sur le site de France inter


Vous aimerez aussi...