Missions suicides : kamikazes 1944-1945

Un pilote attache son “hachimaki” avant de s’envoler pour son ultime mission.•

Kamikaze ! Le mot fait florès, au plus sombre de notre actualité. Le langage courant sollicite de la sorte un terme japonais pour désigner les terroristes qui viennent semer la mort en se la donnant à eux-mêmes. Et pourtant, il se peut bien qu’il faille, malgré les commodités du vocabulaire, …

Kamikaze ! Le mot fait florès, au plus sombre de notre actualité. Le langage courant sollicite de la sorte un terme japonais pour désigner les terroristes qui viennent, chez nous et ailleurs, semer la mort en se la donnant à eux-mêmes. Ce que semble ratifier le Petit Larousse : « Kamikaze, nom masculin. En 1944-1945, pilote japonais volontaire pour écraser son avion chargé d’explosifs sur un objectif. Par extension : personne téméraire qui se sacrifie pour une cause. » Voilà bien qui paraît légitimer quelque assimilation historique entre les pilotes japonais d’un côté et les djihadistes meurtriers d’aujourd’hui de l’autre. Et pourtant, il se peut bien qu’il faille malgré les commodités du vocabulaire, révoquer en doute la validité de ce rapprochement, en démontrant l’essentialité d’une différence. J’annonce ainsi les couleurs de l’émission que voici, sans ménager de suspense. Mais il reste à le prouver et pour ce faire, nous allons nous transporter vers ce Japon de la Seconde Guerre mondiale finissante qui vit surgir un phénomène peut-être sans pareil. Pierre-François Souyri, professeur d’histoire à l’université de Genève, ancien directeur de la Maison franco-japonaise à Tokyo, est mon invité ce matin, parce qu’il a consacré récemment, de concert avec Constance Sereni, un livre intitulé sobrement Kamikazes, un livre qui jette sur ceux-ci une lumière impressionnante. J’ai souhaité vous faire profiter de sa science et de sa sagacité. Jean-Noël Jeanneney … Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur France culture

Concordance des temps par Jean-Noël Jeanneney le 11 juin 2016

Parution du livre le 25 février 2015 – .  “Je me suis levé à 6 heures ce matin pour respirer l’air pur de la montagne. Et tout ce que je ferai aujourd’hui sera pour la dernière fois.” Ainsi écrit le jeune kamikaze Otsuka Akio, avant de s’envoler pour l’ultime mission au large d’Okinawa, le 28 Avril 1945.

C’est à l’automne 1944, quand la défaite semble inéluctable, que l’état-major japonais recrute les premières “unités spéciales d’attauque” : des bombes humaines lancées contre les cibles américaines, dont l’éfficacité redoutable provoque chez l’ennemi une psychose sans précédent. Au delà de l’impact militaire, la mort programmée des kamikazes figure l’effrayante métaphore du suicide collectif de la nation, auquel le régime impérial est désormais résolu.

Comment le Japon en est-il venu à exiger de ses sujets un tel engagement ? Qui sont ces pilotes soigneusement recrutés ? Si certains sont des nationalistes fanatiques, d’autres s’interrogent dans des lettres poignantes sur la justesse de leur mission. Leur sacrifice précipitera la fin de la guerre qui s’achève sous le feu nucléaire. L’histoire de ces jeunes gens embrigadés forme la trame de cette synthèse inédite dont les détails font étrangement écho à notre temps présent.

Ancien professeur de l’Inalco et ancien directeur de la Maison franco-japonaise à Tokyo,

Pierre-François Souyri est professeur à l’université de Genève. Il a publié notamment la Nouvelle Histoire du Japon.

Constance Sereni enseigne l’histoire du Japon au XXe siècle à l’Université de Genève

  • Éditeur : FLAMMARION
  • Collection : Au fil de l’histoire

Université de Genève

 


Vous aimerez aussi...