L’Allemagne et l’accueil des autres

Arrivée de réfugiés de l’Est en Allemagne en 1945.•

« Wir schaffen das ! » Nous allons y arriver ! Cette exclamation réitérée de la chancelière allemande Angela Merkel refusant une limitation chiffrée des réfugiés venus de Syrie et d’ailleurs a frappé les opinions à travers toute l’Europe. Elle est en passe de trouver sa place parmi les mots historiques qui viennent, en telle ou telle occurrence, inscrire dans la mémoire collective, très durablement, une conviction, une détermination, une politique. « Nous y arriverons ! » L’efficacité du propos se nourrit d’une surprise en dehors de l’Allemagne, avec un mélange d’admiration, d’inquiétude et d’effroi tant le contraste est apparu violent avec les comportements prudents ou frileux de la plupart des autres nations de l’Union européenne. Voilà bien qui incite à rechercher ce que peuvent être les racines historiques d’une pareille originalité. Il s’agit de considérer, dans le passé lointain, les spécificités d’une terre qui est vouée par la géographie à se trouver plus aisément que d’autres parcourue par de vastes mouvements de populations. Il s’agit aussi de scruter, parmi les brutalités du XXe siècle, les conséquences des deux guerres mondiales, qui ont fait de ces errances collectives, à la fois des enjeux, des chances et parfois des ressorts de prospérité. Mon invitée ce matin est Sandrine Kott. Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Genève, elle s’est imposée comme l’une des spécialistes les plus averties de la société allemande depuis deux cents ans. Elle s’est beaucoup interrogée, dans ses travaux, sur les forces qui ont travaillé celle-ci dans la profondeur, sur la longue durée, forces de cohésion et forces de dissociation, et qui en définissent au présent les couleurs, les anxiétés et les énergies. Pour parler de l’Allemagne et de l’accueil des réfugiés, voici donc Sandrine Kott devant moi. Jean-Noël Jeanneney – Pour en savoir plus lire le billet publié sur France culture

Concordance des temps par Jean-Noël Jeanneney du 18 juin 2017

Sandrine Kott est professeur d’histoire contemporaine de l’Europe à l’université de Genève. Elle a travaillé sur l’histoire de l’Allemagne au XIXe siècle (L’État social allemand. Représentations et pratiques, Belin, 1995 ; L’Allemagne du XIXe siècle, Hachette, 1999 ; Bismarck, Presses de la FNSP, 2003) et sur celle de la RDA (Le Communisme au quotidien, Belin, 2001). Elle s’intéresse à présent à l’histoire des organisations internationales, tout particulièrement comme lieu d’échanges entre l’Est et l’Ouest de l’Europe durant la période de la guerre froide.

 


Vous aimerez aussi...