La Bastille, symbole inaltéré

Chantier

Archive sonre du 12 mai 2012 – La Bastille, dimanche dernier, a repris toutes ses couleurs après la victoire de François Hollande à l’élection présidentielle, accueillant la gaieté d’une foule jeune et diverse, beaucoup de drapeaux tricolores, quelques drapeaux rouges, le nouveau président de la République et la Marseillaise.

Avant le premier tour, déjà, la place avait vu converger les partisans du Front de gauche venus écouter Jean-Luc Mélenchon, en assez grand nombre paraît-il pour que les responsables de la sécurité aient prié l’orateur d’abréger son discours dans la crainte de dangereuses bousculades. C’est assez dire que ce lieu garde toute la force de sa symbolique depuis la prise de la forteresse qui y était bâtie, événement survenu comme on sait le 14 juillet 1789, fondement de notre fête nationale à part égale, avec le même jour de 1790.

La force de sa symbolique, oui, mais une symbolique qui a été bien plus chahutée au cours des âges qu’on ne l’imagine souvent. Et cela dès les premières années, lors des épisodes compliqués qui ont marqué la démolition spectaculaire de la prison. Nous allons donc nous reporter à ce temps là avec Héloïse Bocher, agrégée d’histoire, qui consacre à ce thème sa thèse de doctorat et a publié un livre sur l’édification quasi immédiate de la Bastille comme lieu de mémoire. Et nous suivrons ensuite avec elle la longue durée d’un processus politique, culturel, affectif, qui nous a conduit jusqu’aux manifestations d’aujourd’hui. Jean-Noël Jeanneney

Concordance des temps par Jean-Noël Jeanneney du 12 mai 2012

Pour en savoir plus lire le billet et écouter de document sonore sur France culture

Agrégée d’Histoire, Héloïse Bocher termine sa thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Clément Martin, sur le chantier de la Bastille et la mémoire du 14 juillet. Elle est enseignante au lycée Camille-Claudel de Pontault-Combault.

 

Tout le monde sait ce qui s’est passé place de la Bastille le 14 juillet 1789 : une forteresse mal protégée prise d’assaut, des cachots ouverts par la foule et quasiment vides, un gouverneur mis à mort, dont la tête sera promenée par les rues au bout d’une pique… Un symbole de l’Ancien Régime, de sa justice d’exception et de ses pratiques les plus arbitraires, venait de tomber.

Mais il n’a pas suffi de prendre la Bastille. Il a aussi fallu, durant deux longues années, la démolir, au fil d’un chantier qui a mobilisé, en plein cœur de la capitale, un millier d’ouvriers attachés à la destruction des murs et des tours : monceaux de décombres entassés, trafics en tout genre, accidents, rixes, émeutes, querelles de voisinage ont émaillé le quotidien de cette ruche.

Il a fallu ensuite, entre poétique des ruines chère aux préromantiques et culte révolutionnaire de la fête collective, consacrer ce haut lieu de la sociabilité parisienne, où se croisaient, de nuit comme de jour, personnalités et anonymes, au cours de visites guidées, de bals et de cérémonies officielles qui entretiennent le souvenir de ce moment fondateur.

Il a fallu enfin édifier un véritable lieu de mémoire, dans une entreprise de communication sans précédent, où l’entrepreneur en chef, Palloy, diffusant largement statuettes commémoratives, moellons gravés et médailles, a contribué à assurer sa propre gloire en même temps que celle de l’événement, érigé, du même coup, au rang de mythe national. Démolir la Bastille – (L’édification d’un lieu de mémoire,  Démolir la Bastille, L’édification d’un lieu de mémoire, Editions Vendémaire, parution avril 2012).

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

14 juillet 1789 : une forteresse mal protégée prise d’assaut, des cachots ouverts par la foule et quasiment vides, un gouverneur mis à mort… Un symbole de l’Ancien Régime, de sa justice d’exception et de sa justice arbitraire venait de tomber.

Or il n’a pas suffi de prendre la Bastille. Il a aussi fallu, durant deux années, la démolir, au fil d’un chantier qui a mobilisé un millier d’ouvriers.
Il a fallu ensuite consacrer ce haut lieu de la sociabilité parisienne, où se croisaient personnalités et anonymes, au cours de visites guidées, de bals et de cérémonies officielles.

Il a fallu enfin édifier un véritable lieu de mémoire, dans une entreprise de communication sans précédent, où l’entrepreneur en chef, Palloy, a contribué à assurer sa propre gloire en même temps que celle de l’événement, érigé, du même coup, au rang de mythe national.

Initialement paru en grand format, dans la collection Révolutions.

(Démolir la Bastille, parution mai 2014 )

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Démolir la Bastille d’Héloïse Bocher – Editions Vendémiaire – YouTube

 


Vous aimerez aussi...