Disposer de son corps, une difficile conquête – En France, du « crime contre l’Etat » à la loi Veil

Manifestation des militants du Mouvement de libération des femmes pendant le procès de Bobigny, le 8 novembre 1972. (Photo AFP)

“Ce que je vais vous exposer est une expérience militante que j’ai vécue avec un engagement très fort, et donc avec toute ma subjectivité. On entend souvent dire que la libéralisation de la contraception puis de l’avortement allait dans le sens de l’histoire. Mais parler d’une victoire quasi certaine de nos idées occulte la violence des luttes idéologiques qui ont opposé les partisans de la contraception et de l’avortement libre et gratuit à leurs adversaires. On ne rappellera jamais assez l’attitude inqualifiable de nombre de médecins hospitaliers : à leur arrivée à l’hôpital, les femmes qui avaient tenté de mettre fin à une grossesse étaient insultées, humiliées ; des curetages étaient pratiqués sans anesthésie… Pour en savoir plus lire le billet (accès libre  publié par  Sylvie Rosenberg- Reiner Octobre 2015, pages 18 et 19 sur le site du Monde-diplomatique


Vous aimerez aussi...