Sherlock Holmes, ce héros inusable qui résiste au temps qui passe

Sherlock Holmes et Dr Watson dans le Strand magazine, 1892.• Crédits : Wikicommons

Un beau jour de 1893, Arthur Conan Doyle a bien cherché à s’en débarrasser en le jetant dans les chutes d’eau de Reichenbach, en Suisse. En vain : l’auteur a été contraint, sous la pression de millions de lecteurs désemparés, de ressusciter Sherlock Holmes. Un héros à la vitalité sans équivalent.

Concordance des temps par Jean-Noël Jeanneney du 1er juillet 2017 sur le site de l’émission France culture

Invitée de l’émissionNathalie Jaëck, professeure à l’université Michel de Montaigne à Bordeaux, dont les travaux brillants consacrés au prodigieux détective justifiait pleinement que j’ai fait appel à sa science et à sa sagacité. A Nathalie Jaëck et à Sherlock Holmes, bienvenue ! Jean-Noël Jeanneney

Parution du livre le 30 octobre 2008 – Qui ne connaît pas Sherlock Holmes ? Une casquette à rabats, une pipe et une pèlerine en tweed suffisent à évoquer le détective, icône mondialement reconnue, qui se fait fort non seulement de retrouver l’identité des coupables, mais aussi, persuadé qu’il est de sa toute sa puissance, d’identifier le monde, de débusquer le général sous le particulier, de réduire la pluralité humaine à un nombre fini de types connus. Et pourtant ce texte-formule, éminemment reconnaissable, n’est pas tout à fait celui que l’on croit, et Conan Doyle y met discrètement en crise le concept d’identité. Au Sherlock Holmes positiviste vient s’adosser un double dilettante, dépressif et cocaïnomane; le Londres victorien dévoile une autre face, quand les gentlemen vont s’encanailler dans les fumeries d’opium, quand les ladies vampirisent leurs nourrissons. Le dédoublement n’est ici qu’une étape, et déclenche une effusion radicale de l’identité, de l’être comme du texte, une redéfinition moderne et inattendue du concept. La question est finalement la suivante: et si l’identité était d’autant mieux assurée qu’elle acceptait de s’éprouver comme multiple?

Nathalie Jaëck : Professeure à l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux
  • Éditeur : Presses Universitaires de Bordeaux (30 octobre 2008)
  • Collection : Gulf stream

Vous aimerez aussi...