L’Affaire des Quatorze. (Poésie, police et réseaux de communication à Paris au XVIIIᵉ siècle)

Parution du livre le 18 septembre 2014 – C’est un étrange dossier des archives de la Bastille et l’un des plus fascinants, fait de paperolles, qu’ouvre, pour la première fois, Robert Darnton.

Au printemps de 1749, le lieutenant général de police à Paris reçut l’ordre de capturer l’auteur d’une ode moquant le roi et sa maîtresse. Le mot fut passé aux légions d’informateurs, ou mouches, et bientôt quatorze personnes croupirent dans les geôles – des prêtres, des clercs et des étudiants.

Griffonnés sur des bouts de papier, les vers circulaient de cabarets en dîners avec grand succès. Robert Darnton ne reconstitue pas seulement une affaire de création collective ; il tire les mailles d’un étonnant filet : celui de la communication orale, politique, dans le Paris populaire du XVIIIe siècle. La plupart des hommes et surtout des femmes ne maîtrisant pas la lecture, le moyen mnémotechnique le plus efficace était la musique. Les poèmes étaient composés pour être chantés sur des airs célèbres que l’on retrouve dans les recueils connus sous le nom de chansonnier.

Voici une occasion exceptionnelle d’écrire une histoire de la communication à partir de son élément majeur, l’oralité, qui d’habitude ne laissait aucune trace.

FEUILLETER LE LIVRE

[Poetry and the Police]

Trad. de l’anglais (États-Unis) par Jean-François Sené

Collection NRF Essais, Gallimard

Caricature de l’arbre de Cracovie représentant divers types peu probables, dont des nouvellistes sans partialité• Crédits : auteur inconnu, XVIIIe siècle via Wikipédia

Dans le journal Le Monde, Robert Darnton a publié, le 21 février dernier, un article à ce sujet, illustrant la concordance des temps, article qui ne pouvait que me faire dresser l’oreille. Je l’ai donc aussitôt convié et je suis heureux que, se trouvant à Paris, il ait bien voulu, une nouvelle fois, venir à mon micro. Car il figure au premier rang de ces savants américains qui se sont attachés à notre passé national, au fil de travaux éclatants consacrés notamment à l’opinion publique, en France, au XVIIIe siècle.

Il a été Professeur à l’université de Princeton, puis à celle d’Harvard, et il a dirigé pendant plusieurs années la Bibliothèque Widener, l’une des plus grandes du monde, d’où il a lancé un vaste projet de numérisation de l’héritage culturel de l’Occident. Il est aujourd’hui membre à Paris de l’Institut d’études avancées. Vraiment, the right man in the right place, pour nous aider à considérer de remarquables échos du passé au présent quant à la genèse des fausses nouvelles, leurs circulations entravées ou irrépressibles et leurs conséquences politiques et morales dans l’équilibre des sociétés…

« L’histoire vraie des fausses nouvelles » : Invité de l’émission Concordance des temps par Jean-Noël Jeanneney du 1er avril 2017 sur France culture 


Vous aimerez aussi...