« Le voleur de bicyclette » (Ladri di biciclette) de Vittorio De Sica (1947)

Un chef-d’œuvre indémodable du néo-réalisme italien. Implacable

D’après le roman Ladri di biciclette de Luigi Bartolini

Avec Lamberto Maggiorani, Enzo Stajola, Lianella Carell.

 

Alors qu’il vient enfin de trouver un emploi de colleur d’affiches, Antonio Ricci se fait voler son instrument de travail : sa bicyclette. Toute une journée, il erre dans Rome à la recherche du vélo et du voleur, sous l’oeil inquiet de Bruno, son petit garçon.

Avis sur le film :  « Depuis quelques années déjà des auteurs comme Luchino Visconti ou encore Roberto Rossellini participent au mouvement néo-réaliste qui se propose de sortir les caméras des studios afin de filmer la vraie vie, marquée par de flagrantes inégalités sociales. En 1948, Vittorio De Sica, acteur très populaire en Italie durant les années 30, se penche sur le destin d’un père de famille au chômage et, avec une simplicité étonnante, parvient à hisser son sujet sur des cimes imprévues. Avec l’aide de son scénariste attitré, Cesare Zavattini, il suit le parcours d’un homme au bout du rouleau, mais devant rester digne afin de nourrir son fils. Cette intrigue prétexte sert avant tout aux auteurs pour dresser un état des lieux assez catastrophique de la situation sociale de l’Italie au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

La caméra, d’une remarquable fluidité, saisit la misère et la détresse des faubourgs romains sans jamais tomber dans le misérabilisme de bas étage. Certes, le cinéaste semble tenté par le mélodrame, notamment avec une musique assez emphatique, mais il y échappe grâce à une analyse très fine de la psychologie des personnages. Jamais caricaturaux, les protagonistes du film sont tour à tour attachants ou énervants, veules ou touchants jusque dans leurs défauts. Ceci est souligné par l’interprétation remarquable de Lamberto Maggiorani et du très jeune Enzo Staiola (devenu par la suite professeur de mathématiques), tous deux acteurs non professionnels trouvés lors d’un casting sauvage dans la rue. Le film parvient également à remettre en cause la frontière entre le bien et le mal puisque le premier vol est condamné comme étant ignoble alors que le second, perpétué par le héros, résonne plus comme un sursaut du désespoir. Finalement, les pauvres finissent par se voler entre eux, perdant ainsi une part de leur dignité au lieu de se tourner vers les vrais responsables de leur désastreuse situation. Ce constat quelque peu désespérant fait tout le prix de cette œuvre puissante, couverte de prix et d’honneurs divers (dont la réputation quand même exagérée d’être un des plus beaux films du monde) et qui a marqué des générations entières de cinéphiles. » Lien sur A voir-à  lire

SÉANCES À VENIR à La Cinémathèque française


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search