Tony, 1942. Un procès oublié sous l’Occupation

Parution du livre le 15 mars 2012 – Il s’appelle Tony Bloncourt. A peine vingt ans, originaire d’Haïti, étudiant à la Sorbonne, il fait partie dès 1941, d’un petit groupe de six jeunes résistants de la région parisienne, âgés de 17 à 20 ans, impitoyablement traqué par la police française. Après leur arrestation, la justice militaire allemande a voulu frapper un grand coup : leur procès, ouvert au public et à la presse, s’est tenu dans le cadre exceptionnel de l’Assemblée nationale. Les six membres du groupe ont été fusillés le 9 mars 1942 à 16h45 au Mont-Valérien. Il s’appelle Georges Veber. Commissaire dirigeant la Brigade Spéciale de la préfecture de police de Paris, exemple même du fonctionnaire consciencieux et âme de chasseur. C’est lui qui a traqué ces jeunes gens et les a livrés à la Gestapo. Il s’appelle Paul Riche. Au moment où les six jeunes hommes sont jugés et fusillés, il prépare le tournage de son film Forces Occultes dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Cinéaste collaborationniste, mais également violent chroniqueur antisémite d’Au Pilori, et bientôt agent français de la Gestapo. Soixante-dix ans après ce procès inouï à l’Assemblée nationale et l’exécution de ce groupe de jeunes résistants turbulents et d’origine étrangère, le journaliste Emmanuel Lemieux retrace cette histoire peu connue et dérangeante de notre histoire commune.

Emmanuel Lemieux : Né en 1963, journaliste, il est directeur de rédaction du site Les influences.

Il est également l’auteur de plusieurs livres dont Cognacq-Jay 1940, la télévision française sous l’occupation (Plume, 1990), Pouvoir intellectuel, les nouveaux réseaux (Denoël, 2002) ou encore de la première biographie consacrée à Edgar Morin, dernièrement Edgar Morin : L’indiscipliné, 2010.

  • Éditeur : François Bourin Editeur
  • Collection : HISTOIRE

Tony Bloncourt : une jeunesse résistante – Un hommage aux sept membres des Jeunesses communistes exécutés au terme d’un procès tenu au palais Bourbon en 1942.

« L’ouvrage du journaliste Emmanuel Lemieux se veut une biographie consacrée à un des jeunes martyrs de la Résistance, Tony Bloncourt. Il propose une étude historique à deux versants : l’étude de la victime et de ses compagnons de malheur, et celle des bourreaux et de leurs complices, le responsable de la première brigade des renseignements généraux, chargé en 1941 de la surveillance des militants communistes, et Jean Mamy, le cinéaste collaborationniste qui filme le procès.

Emmanuel Lemieux retrace l’itinéraire d’un jeune communiste presque ordinaire dans des années extraordinaires. Tony est né en 1921 à Port-au-Prince : fils d’un grand blessé de guerre, sa famille s’était installée en Haïti dans l’immédiat après guerre. Il vient terminer ses études en métropole en 1938 au lycée Rollin devenu depuis Jacques Decour. Lemieux décrit l’influence des enseignants sur les élèves dans ces temps de Front populaire finissant et dans les débuts de cette drôle de guerre. Tony milite aux Jeunesses communistes dans le XIe arrondissement parisien. »

Pour en savoir plus lire le billet publié le mercredi 27 juin 2012] par Sylvain BOULOUQUE sur le site de Non fiction

Livre Tony, 1942 : Un procès oublié sous l’Occupation … – France Inter


Vous aimerez aussi...