La station Saint-Martin est fermée au public

Parution du livre le 13 octobre 2004 – A la fin de la Seconde Guerre mondiale, un jeune homme agonisant est ramassé par des soldats américains sur une route allemande parsemée de cadavres. Surnommé Alex, il a tout oublié de l’enfer qu’il a traversé. Jusqu’à son propre nom. La seule identité qui lui reste, c’est un matricule tatoué sur l’avant-bras gauche. Auschwitz.

Soigné par des médecins militaires français, il réapprend à vivre et découvre l’amour avec son infirmière. Lentement, reviennent par bribes les images de son passé : l’arrestation, la détention au camp de Gurs, dans les Pyrénées, et sa déportation.

Au gré de son errance dans un Paris qui, comme lui, veut panser les plaies de la guerre, les éléments épars de son existence reprennent chair. Un nom frappe sa mémoire, celui d’une station de métro, disparue au moment de la mobilisation générale. La retrouver, c’est renouer les fils d’une mémoire occultée, refaire le chemin qui mène jusqu’à soi-même.

Photo : © Ulf Andersen / Gamma

Joseph Bialot est né à Varsovie en 1923. A sept ans, il émigre à Paris, dans le quartier de Belleville. Rescapé d’Auschwitz, il publie son premier roman en 1978, après voir travaillé près de trente ans dans la bonneterie. Il est l’auteur de plus de vingt-cinq ouvrages, dont de nombreux romans policiers. Il a notamment publié La Ménagerie (Rivages, 2007), 8,20 g de cholestérol (Fayard, 2006) et La Station Saint-Martin est fermée au public (Fayard, 2004). Décédé à  Paris le 25 novembre 2012

Réédition du livre aux éditions Libretto le 5 avril 2013

Éditions Fayard

Littérature française

[Joseph Bialot : La station St Martin est fermée au public] – Vidéo Ina.fr

Joseph Bialot s’est éteint – Le Figaro


Vous aimerez aussi...