Le 2 juillet 1910, à Paris, à 4 h 47, Jean Jacques Liabeuf, est guillotiné.

Né le 11 janvier 1886 à St-Etienne, ce jeune ouvrier cordonnier au chômage commet quelques larcins qui lui valent une interdiction de séjour dans sa ville natale. Il s’installe à Paris. En juillet 1909, il est arrêté par deux agents de police qui le font condamner le 14 août, à trois mois de prison et à une nouvelle interdiction de séjour, pour “proxénétisme”. Condamné injustement, à sa sortie de prison, il décide de se venger de cet affront sur des agents de police. Le 8 janvier 1910, armé d’un pistolet et de deux tranchets de cordonnier, protégé par des brassards hérissés de pointes acérées (de sa fabrication), il tue un des policiers, blesse le second à la gorge et en envoie six autres à l’hôpital avant d’être arrêté.

Le socialiste révolutionnaire et antimilitariste Gustave HERVE, prend sa défense dans le journal “La Guerre Sociale”, son article “Doit-on le tuer ?” fait scandale et lui vaut d’être condamné le 22 février, dans un procès tumultueux, à 4 ans de prison. Initiée par les anarchistes, l’agitation gagne alors toute la gauche et la condamnation à mort de Liabeuf le 7 mai, est l’objet d’une énorme manifestation.

Son exécution dans la nuit du 1er au 2 juillet se fait dans un climat d’insurrection, un agent est tué et des centaines de manifestants blessés dans les affrontements avec la police. Jusque sous le couperet de la guillotine, Liabeuf n’aura de cesse de crier:”Je ne suis pas un souteneur”. Merci à Editions de la Pigne pour ce rappel


Vous aimerez aussi...