« Gino le Juste », Bartali une autre histoire de l’Italie

Parution du livre le 13 novembre 2014 – Surnommé Gino le Pieux pour sa foi chrétienne souvent démonstrative, Gino Bartali (1914-2000) est une icône du sport cycliste. Les tourments de l’Histoire ont posé une douloureuse parenthèse dans une longue carrière couronnée entre autres par deux Tours de France (1938, 1948) et trois Tours d’Italie (1936, 1937,1946) et marquée par sa rivalité avec Fausto Coppi. En faisant de Bartali un « Juste parmi les nations » en 2013, le mémorial Yad Vashem lui a offert un autre surnom : « Gino le Juste ». Privé de compétitions pendant la Deuxième Guerre mondiale dans une Italie divisée et occupée, le campionissimo se mua en messager clandestin. Sous couvert de sorties d’entraînement, le Florentin parcourait des distances considérables pour acheminer dans les tubes et la selle de son vélo des faux papiers destinés à sauver des Juifs menacés. Extrêmement discret sur ses activités de résistant au sein du réseau Delasem, Bartali sauva près de 800 Juifs. Avant guerre, l’Italie mussolinienne avait tenté d’instrumentaliser notamment sur le Tour de France le talent du jeune Bartali. Connu pour son appartenance à l’Action catholique et son opposition au régime fasciste, Gino Bartali, entré dans l’ordre du Carmel en 1936, refusa toujours de porter la chemise noire. Gino le Juste vient de recevoir le prix Louis Nucéra 2015 qui salue un livre faisant une large place au vélo. Il recevra également aux Journées du livre et du vin le prix Antoine Blondin 2015 qui distingue un ouvrage original sur le sport. Antoine Blondin et Louis Nucéra : deux parrains de prestige pour l’ auteur Jean-Paul Vespini.

Extrait : Une prière

« Le monde du cyclisme grouille de traîtres, de lâches, de poltrons, de tricheurs, mais c’est le monde que j’ai choisi pour gagner ma vie. Équipiers, dirigeants, journalistes et politiques, il y en a toujours un dans le lot pour vous donner le baiser de Judas. Pourquoi suis-je si dur envers ce microcosme que j’ai décidé de fréquenter tant que Dieu me donnera la force de pédaler et de collectionner des victoires ? Parce que je l’ai appris tout au long de ma carrière, j’en ai fait la triste expérience, ce qui m’a endurci et conforté dans ma détermination : j’ai perdu des courses par naïveté, trop confiant ou pas assez méfiant, surtout envers le pouvoir. Dans ces années troubles, entre 1930 et 1940, l’Italie, comme le reste du monde, subissait la folie des dictateurs. Mais j’ai passé les plus belles années de ma vie dans ce monde de combines, de stratèges, de sorciers et de conseillers en tous genres, heureux et fier de m’imposer comme le meilleur de mon époque. Me sentant à l’abri de la fureur extérieure. Il me fallait simplement un peu de temps pour bien comprendre la règle du jeu – la seule loi qui existe dans ce milieu c’est celle du plus fort, du plus malin – et m’adapter. Mais pour rien au monde j’aurais changé de cap, le vélo occupait toutes mes pensées, la foi guidait mes pas et dans chaque coup de pédale que je donnais, montait une fervente prière de remerciement vers le Ciel.

Je m’appelle Gino. Je suis Toscan. Je crois que chacun sur terre à son chemin à parcourir, sa chance à saisir pour s’affranchir de sa tâche, de son désir, de sa vocation. Je crois que la seule façon de remercier Dieu c’est d’aller au bout de sa passion, pour rayonner, comme un arbre bien soigné donne les meilleurs fruits. Je crois que Dieu m’a créé pour pédaler. C’est son voeu. Je suis donc entré dans le cyclisme comme on entre dans les ordres.
D’où mon surnom, «Gino-le-pieux»… »

Le coup bas du patron de la Gazetta

Dimanche 17 mars 1935. Le dernier discours d’Adolf Hitler fait la «une» du Temps, le grand journal d’information français. Le Führer annonce le rétablissement du service militaire en Allemagne et la création de 36 divisions. Le gouvernement du Reich n’accepte plus la soumission militaire imposée par la défaite de 1918. Toutes les armes, toutes les munitions, tous les véhicules, avaient été détruits par l’Allemagne humiliée, réduite au silence. Dans les colonnes du Temps, les chiffres donnent le vertige : 59857 canons saccagés, mais aussi 130558 mitraillettes, plus de six millions de fusils, et même 1240 boulangeries de campagne complètement brûlées. 26 navires de combat volontairement coulés, 83 torpilleurs et 315 sous-marins mis hors d’état de nuire. Hitler veut une revanche, il réarme l’Allemagne applaudi par tout un peuple. Le premier conflit mondial n’a servi à rien, emportés dans leur folie guerrière tous les États s’affolent et font tourner les usines à munitions. La France vient de voter le service militaire à deux ans, c’est une précaution qui n’annonce rien de bon, la Russie soviétique se dote d’une armée supplémentaire composée de 101 divisions et de 96 000 hommes pour… préserver la paix. Et en Italie, des milliers de jeunes étudiants, séduits par la propagande fasciste, s’affrontent dans des épreuves sportives, les Agonali, et promettent fidélité : «Combatero corne il Duce commanda».

Les tensions internationales s’accumulent dans le ciel européen, de gros nuages chargés de poudre s’amoncellent au-dessus de la France, de l’Allemagne, et de l’Italie, où le jeune Gino prend le départ de son premier Milan-San Remo.

  • Éditeur : Editions Le Pas d’oiseau
  • Langue : Français

Vous aimerez aussi...