Saint-Martin-de-Ré : l’embarquement des récidivistes en partance pour l’île des Pins 

Pendant tout l’été, le Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … met en ligne des articles du blog d’un ami de Crimino,  Jacky Tronel. A consommer sans modération sous la tonnelle en dégustant un verre de Bergerac rosé bien frais pour les lecteurs les plus audacieux… et pour les autres réfractaires ou contestataires, un jus de tomate ou de carotte, c’est selon…

Aujourd’hui : « Saint-Martin-de-Ré : l’embarquement des récidivistes en partance pour l’île des Pins » – Image à la une, bande défilante : « Saint-Martin-de-Ré : l’embarquement des récidivistes en partance pour l’île des Pins ». Dessin de Henri Meyer, Gravure de Narcisse Navellier, Le Journal illustré du 28 novembre 1886 – N° 48.

La loi du 27 mai 1885, qui institua la relégation, une des lois les plus scélérates de la Troisième République, décida l’envoi en Guyane et en Nouvelle-Calédonie des récidivistes, des coupables de petits délits « qui, dans quelque ordre que ce soit et dans un intervalle de dix ans, avaient encouru quatre condamnations à l’emprisonnement… ».

C’était, pour la métropole, se débarrasser des gens sans aveu, sans logis, des petits voleurs, des « paumés » sans domicile fixe, des vagabonds, des malfaiteurs qui avaient, injustice supplémentaire, déjà purgé leur peine dans les prisons de France.

Le Journal illustré du 28 novembre 1886 relatait le départ de Saint-Martin de Ré d’un convoi de « récidivistes » pour l’île des Pins, l’un des trois lieux de relégation de la Nouvelle-Calédonie. Lire ci-dessous… suivi du texte de la loi du 27 mai 1885 instaurant la relégation des récidivistes…

Pour en savoir plus lire le billet publié par  | dimanche 23 août 2015 | sur le site Prisons-cherche-midi

Ce blog consacré à l’Histoire pénitentiaire et à la Justice militaire est né le 19 février 2010. L’exposition sur les prisons parisiennes organisée par le Musée Carnavalet du 10 février au 4 juillet 2010 (à laquelle j’ai participé pour la partie relative aux prisons militaires) en a été l’élément déclencheur.

Les articles mis en ligne concernent d’abord la prison militaire de Paris, dite « Prison du Cherche-Midi », et son annexe de la Santé, la « Prison militaire du Cherche-Midi repliée à Gurs » puis à Mauzac. Sensible à tout ce qui porte atteinte aux Libertés et aux Droits de l’Homme, je me suis également intéressé aux politiques et aux pratiques de contrôle, d’exclusion, de répression et d’enfermement, s’agissant des hommes, des prisons et des camps.

Jacky Tronel :  Attaché de recherche à la Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris), responsable scientifique du programme de recherche sur le Cherche-Midi

Coordinateur de rédaction de la revue d’Histoire Arkheia

Membre du comité scientifique de la revue Histoire pénitentiaire

L’un des administrateurs de la page publique de Criminocorpus sur Facebook.

Contact : tronel.jacky@wanadoo.fr – 06 75 22 98 46

 


Vous aimerez aussi...