Le camp des autres ( Thomas Vinau)

A paraître le 24 août 2017 – Gaspard fuit dans la forêt. Il est accompagné d’un chien. Il a peur, il a froid, il a faim, il court, trébuche, se cache, il est blessé. Un homme le recueille. L’enfant s’en méfie : ce Jean-le-blanc est-ce un sorcier, un contrebandier, un timbré ? Une bande de saltimbanques surgit un beau matin. Ils apportent douze vipères pour que Jean-le-blanc en fasse des potions. L’enfant décidera, plus tard, de s’enfuir avec eux.

Cette aventure s’inspire d’un fait historique. En 1907, Georges Clémenceau crée les Brigades du Tigre pour en finir avec « ces hordes de pillards, de voleurs et même d’assassins, qui sont la terreur de nos campagnes ». Au mois de juin, la toute nouvelle police arrête une soixantaine de voleurs, bohémiens, trimardeurs et déserteurs réunis sous la bannière d’un certain Capello qui terrorisait et pillait la population en se faisant appeler la Caravane à Pépère.

La démonstration de force de Clémenceau aboutira au final deux mois plus tard à de petites condamnations pour les menus larcins de cette confrérie errante de bras cassés. « Je l’ai gardée au chaud cette histoire qui poussait, qui grimpait en noeuds de ronces dans mon ventre en reliant, sans que j‘y pense, mes rêves les plus sauvages venus de l’enfance et le muscle de mon indignation. Alors j’ai voulu écrire la ruade, le refus, le recours aux forêts », explique Thomas Vinau à propos ce quatrième roman puissant, urgent, minéral, mûri trois ans durant.

Thomas Vinau© Coline Sentenac

Thomas Vinau est né en 1978 à Toulouse. Va d’un sud à l’autre, Cahors, Montpellier, Pertuis. Habite dans le Luberon avec sa petite famille. S’intéresse aux choses sans importance et aux trucs qui ne poussent pas droit. A passé trois fois son bac et six fois son permis. Études de sciences humaines, à la fac et dans la nuit. A vendu des frites, ramassé des fruits, photocopié des photocopies. Se prend parfois pour le fils de Bob Marley et de Luke la main froide. S’assoit sur le canapé. Se reprend. Décapsule. Aime les histoires dans les poèmes et les poèmes dans les histoires. Écrit des textes courts et des livres petits.

A propos de « La Caravane à Pépère » :

« L’émotion est à son comble quand la « caravane à pépère », dirigée par un certain « Jean Capello » – de son vrai nom Ollivier – entre en France au mois d’août 1906. Venant des Pays-Bas, grosse d’une centaine de personnes – insoumis, déserteurs, bagnards évadés, bohémiens, pour la plupart belges, suisses, allemands – , c’est une vraie bande, au sens du XVIIe siècle, divisée en petits groupes vivant de rapines, vols et larcins divers. Une grande partie de ses membres s’est donnée rendez-vous à la « frairie » de La Tremblade, en Charente-Maritime, le 2 juin 1907. Ce n’est donc pas un hasard, si la première opération, très largement médiatisée, montée par ce qui préfigure les brigades mobiles de police judiciaire, est dirigée contre ce rassemblement. Même si son bilan est extrêmement maigre, l’opération, abondamment commentée et célébrée dans tout le pays, a un retentissement énorme. Le but est de rassurer l’opinion et de lui montrer que les pouvoirs publics, le gouvernement, la République agissent… » Pour en savoir plus lire le billet de l’historien Jean-Marc Berlière dans La racaille de la belle époque | historia.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *