« La Gloire des maudits » (Nicolas d’Estienne d’Orves)

Parution du livre le 23 août 2017 – Fille d’un collaborateur exécuté sous ses yeux à la Libération, Gabrielle Valoria doit écrire la première biographie de Sidonie Porel. Mais qui est vraiment Sidonie Porel ? La plus célèbre romancière de son époque ou une imposture littéraire ? Une grande amoureuse ou une manipulatrice ?

En plongeant dans le passé de cette femme qu’elle craint et qu’elle admire, Gabrielle découvre un univers où grouillent les menteurs et les traîtres. Écrivains, politiciens, journalistes, prostituées, grands patrons : tous cachent un secret qui tue…

Dans Les Fidélités successives (prix Cazes-Lipp), Nicolas d’Estienne d’Orves explorait les ambiguïtés de l’Occupation, avec La Gloire des maudits, il s’attaque aux mensonges de l’après-guerre. Ce tableau romanesque d’une France au lendemain du chaos, où l’on croise les grandes figures du Paris intellectuel et artistique des années 1950, montre que le passé nous rattrape toujours et que les guerres ne se terminent jamais.

Nicolas d’Estienne d’Orves, né en 1974, a collaboré pendant cinq ans au Figaro Littéraire et à Madame Figaro. Il a également travaillé sur France Musique. Il est aujourd’hui critique musical au Figaro et à Classica, et chroniqueur au Figaroscope. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont « Le Sourire des enfants morts » (Les Belles lettres, 2001), « Othon ou l’Aurore impossible » (Les Belles lettres, Prix Roger Nimier 2002), « Jacques Offenbach » (Actes Sud, 2010), « Fin de Race » (Flammarion – Prix Jacques Bergier 2002), « Les Orphelins du mal » (XO, 2007), ou encore « Je pars à l’entracte » (NiL éditions, 2011).

Extrait du livre : 

Le Monde (22 décembre 1955)

SIDONIE POREL EST MORTE

L’écrivain Sidonie Porel est morte dans la nuit de mardi à mercredi, près de Lagny-sur-Marne. La police ne peut pour l’instant déterminer l’heure exacte de son décès, car la romancière était au volant d’une voiture, qu’on a retrouvée plongée dans la Marne, en pleine campagne.

La veille encore elle participait à un grand bal artistique, chez son amie Marie-Laure de Noailles. C’est le personnel de la guinguette Chez Marcel qui a alerté la police, peu avant 7 heures du matin, le toit de l’automobile apparaissant à fleur d’eau. Nul ne sait s’il s’agit là d’un accident, d’un suicide ou d’un assassinat, mais l’émotion est très vive dans les milieux intellectuels français.

Une longue carrière littéraire. Sidonie Porel était née le 10 mai 1891, à Senlis (Oise). Fille cadette d’une modeste famille de paysans, elle découvrit très tôt ses dons pour l’écriture et fit ses premières armes dans le roman populaire, un pan de sa carrière sur lequel elle est toujours restée allusive.

À la fin de la Première Guerre mondiale, en 1917, elle publie Salut à toi !, le premier volume des Deux France, ce grand cycle romanesque auquel elle va consacrer l’intégralité de son inspiration. Peu d’écrivains se confondent à ce point avec leur oeuvre, car la vie de Sidonie Porel est scandée par la publication régulière des dix-sept volumes des Deux France. Rappelons que le troisième, Le Réveil des morts, obtint le prix Goncourt en 1922. En 1934, Sidonie Porel fut élue membre de cette académie au fauteuil de Léon Hennique, jury qu’elle présida à partir de 1944.

En 1953, voici deux ans, Sidonie Porel publia Au seuil des vivants, dix-huitième et dernier volume de cette saga qui a su passionner des millions de lecteurs pendant près de trente-cinq ans, et fut traduite dans plus de quarante pays.

La plus grande romancière de langue française. Beaucoup ont vu en elle la plus grande romancière française contemporaine. De l’aveu même de ses consoeurs Colette, Simone de Beauvoir ou Eisa Triolet, Sidonie Porel a toujours possédé ce pouvoir d’enchantement qui est le propre des grands conteurs. À ce sens du récit s’allient une hauteur de vue et une intuition qui ont fait d’elle l’une des plus fines observatrices de la société française, pendant un demi-siècle.

Il convient de noter que Sidonie Porel a toujours pris soin de ne s’exprimer sur son époque que par le biais de ses oeuvres. Elle s’est même toujours montrée d’une singulière discrétion, refusant d’être photographiée. Il n’existe presque aucun cliché de cet écrivain qui aimait à répéter : «Je suis une femme de mots et non d’images.» De même, on sait fort peu de choses sur sa vie personnelle, si ce n’est qu’elle ne s’est jamais mariée et n’a jamais eu d’enfants. «La pudeur est la première des vertus», répondait-elle à ceux qui l’interrogeaient sur ses amours. Ne faisant de politique que dans ses livres, elle s’est toutefois montrée une femme de grand courage, à la fin de l’Occupation, lorsqu’on découvrit qu’elle avait fait partie du réseau Honneur et Patrie. Elle participa également au combat pour la fermeture des maisons closes, aux côtés de Marthe Richard. (…)

Genre : Romans et nouvelles – français

Éditeur : Albin Michel, Paris, France

Collection : Romans français

La Gloire des maudits – Nicolas d’Estienne d’Orves – YouTube


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *