Le flamboyant destin du chevalier de La Barre

Parution du livre le 15 juin 2017 – En ce jour de juillet 1776, on n’a jamais vu autant de monde sur la grand-place du marché d’Abbeville. On se bat pour être aux meilleures places devant l’estrade. Aujourd’hui, on va exécuter le jeune chevalier de La Barre, sa tête sera tranchée et son corps jeté dans les flammes du bûcher.

Nous sommes au siècle des Lumières, où philosophes et antiphilosophes se rendent coup pour coup. C’est dans ce contexte que se joue le flamboyant destin du chevalier de La Barre, flamboyant par le courage avec lequel il monte à l’échafaud comme on monte à l’assaut, mais aussi par les flammes qui, si elles vont dévorer son corps, n’auront pas raison de son esprit.

Voici la triste mésaventure qui, selon Voltaire, a provoqué l’horreur et l’indignation de l’Europe entière. Le chevalier de La Barre en devenant un symbole de la laïcité va gagner l’immortalité.

Georges Bringuier est inspecteur de l’éducation nationale dans les domaines scientifiques. Il a publié aux Editions Privât deux essais, Lucy, Ève et Marianne (2010) et La laïcité (Luis tous ses États (2016) ainsi que deux biographies, Charles Darwin, voyageur de la raison (2012) et Alexandre Grothendieck. Itinéraire d’un mathématicien hors normes (2015).

Extrait du livre :

LA PROFANATION DU CRUCIFIX SUR LE PONT-NEUF

Au matin du 9 août 1765, la petite ville picarde d’Abbeville, capitale du comté de Ponthieu, est en émoi : on vient de découvrir la dégradation de la statue en bois du Christ s’élevant sur le pont-Neuf. C’est la consternation générale : la population, autant par dévotion que par superstition, se masse et se lamente devant le crucifix mutilé. Ça n’est pas un bout de bois tailladé ; c’est le Christ en personne qui est à nouveau supplicié !

La statue en question porte des marques en plusieurs endroits, réalisées, comme l’écrit l’huissier de justice, par « un instrument tranchant » ; il s’agit de « trois coupures de plus d’un pouce de long chacune et profondes de quatre lignes » sur la jambe droite et « deux coupures à côté de l’estomac ». Ces précisions sont dignes d’un rapport d’un médecin légiste pratiquant l’autopsie d’un meurtre. Ce luxe de détails témoigne de la grandeur du crime : on a voulu tuer Dieu, c’est donc un crime de lèse-majesté divine. Le bois ainsi mis à nu tranche avec la peinture blanche et impressionne d’autant plus le peuple. Allait-on voir couler le sang de ces blessures ?

C’est Marie-Madeleine Leullier qui, en allant à la messe matinale, est la première à découvrir le Christ ainsi mutilé. La veille, alors qu’elle conduisait l’enfant de commerçants du coin dont elle s’occupait devant la statue du Christ pour qu’il lui baise les pieds avant de se coucher, elle n’avait rien remarqué. Dans l’après-midi, Pierre Cabais Blacquerie, qui passe par là, un seau de peinture grise à la main, juge bon de recouvrir les blessures afin de calmer l’émotion. Le trouble est général et on se lamente en priant : « Fasse le ciel que les prières puissent apaiser le Seigneur et détourner de dessus les têtes ce qu’un crime si noir mérite ! »

Seuls trois jeunes commis, se dirigeant vers le port, passent devant le sacrilège en plaisantant, mais si les propos sont entendus, la sidération est trop grande pour provoquer une réaction de protestation.

Le lendemain, le maire Duval de Soicourt, qui par ses fonctions est également lieutenant de police administrative et industrielle (police des corporations et des manufactures) et officier de justice, sous le titre d’assesseur criminel, se rend sur les lieux, accompagné de son greffier Antoine Marcotte ; il qualifie immédiatement la profanation de « crime de lèse-majesté divine », accusation pour laquelle l’ordonnance est des plus impitoyables. Marcotte et Soicourt se rendent ensuite au cimetière de Sainte-Catherine où, dit-on, un autre crucifix a été profané avec des excréments, mais ils ne remarquent rien.
Voici le procès-verbal établi par le greffier Marcotte :

« Le samedi 10 août, 11 heures et demi du matin, nous Nicolas-Pierre Duval sieur de Soicourt, conseiller du roi, lieutenant particulier assesseur criminel en la sénéchaussée de Ponthieu, faisant les fonctions de lieutenant criminel en ladite sénéchaussée de Ponthieu pour la vacance de l’office de lieutenant criminel, ayant été informé par le bruit public que la nuit du 8 au 9 de ce mois l’on avait mutilé le crucifix qui est placé sur le pont-Neuf de cette ville et ainsi que le crucifix placé au cimetière de Sainte-Catherine de cette ville nous nous y serions transportés accompagnés de maître Jean-Baptiste-Antoine Marcotte procureur en ladite sénéchaussée de Ponthieu pris pour commis le greffier pour ladite vacance du greffe criminel et a prêté le serment requis. Étant parvenus sur ledit pont-Neuf et ayant examiné le crucifix placé sur icelui nous aurons remarqué qu’à la jambe droite du Christ qui est de bois, il y avait trois coupures de faites avec un instrument tranchant, que cette coupure était de plus d’un pouce de long. En un instant serait comparu Pierre Cabais Blacquerie demeurant en cette ville lequel nous aurait déclaré que passant le jour d’hier sur le pont de cette ville et ayant remarqué que le crucifix était mutilé de la manière ci-dessus, il barbouilla de son propre mouvement et sans qu’il en ait reçu d’ordres de personne avec son pinceau lesdites coupures. A signé et aussi Duval de Soicourt au bas de chaque page. Et nous étant transportés de suite et accompagnés comme dessus au cimetière de Sainte-Catherine et ayant examiné le crucifix qui y est placé nous aurons rien remarqué. Nous avons dressé ledit procès-verbal signé Duval de Soicourt et Marcotte, avons paraphé au bas de chaque page et ensuite ces écrits sont communiqués au procureur du roi à Abbeville ce dit jour et a signé Duval de Soicourt. Ces présentes grossoyées conformes à la minute par moi comme greffier soussignées pour être portées au greffe criminel de la cour du Parlement à Paris. Signé Marcotte. » (…)

Georges Bringuier est inspecteur pédagogique dans les domaines scientifiques. Il est l’auteur aux Editions Privat de Lucy, Eve et Marianne, Évolutionnisme, Créationnisme et Laïcité (2010) et Charles Darwin, voyageur de la Raison (2012)…

Genre : Biographies, mémoires, correspondances…

Éditeur : Privat, Toulouse, France

Collection : Histoire


Vous aimerez aussi...